Genèse

Il y a résolument un ton et une manière Philippe Lesage, peu importe qu’il réalise des documentaires (Laylou, Ce cœur qui bat) ou des fictions (Les démons, Copenhague. A Love Story), s’inspirant de sa propre vie. Ses univers affichent une démarche esthétique soignée, des musiques envoûtantes, le tout observé par une caméra toujours attentive. Et ce n’est pas la première fois qu’il s’intéresse aux premiers émois amoureux, aux premières ruptures et aux angoisses d’une sexualité à apprivoiser. Tout cela se retrouve dans Genèse, un triptyque quelque peu atypique, dominé surtout par deux personnages d’une même famille qui se croisent rarement, défendus par deux acteurs d’exception, Théodore Pellerin et Noée Abita. Leurs trajectoires agitées laissent place à une conclusion quelque peu déroutante, très bucolique, n’effaçant jamais le souvenir vibrant des complexes pérégrinations de ce duo vers le monde des adultes.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Genèse

★★★ 1/2

Drame de Philippe Lesage. Avec Noée Abita, Théodore Pellerin, Pierre-Luc Funk, Édouard Tremblay-Grenier. Québec, 2018, 131 minutes.