«Capitaine Marvel»: décollage réussi

Pour la première fois dans l'Univers cinématographique Marvel, le premier rôle est donné à une superhéroïne, incarnée par Brie Larson. 
Photo: Walt Disney Studio Motion Pictures Canada Pour la première fois dans l'Univers cinématographique Marvel, le premier rôle est donné à une superhéroïne, incarnée par Brie Larson. 

Après plus de dix ans d’existence, l’Univers cinématographique Marvel consacre enfin un premier film solo à une superhéroïne, et pas des moindres : Capitaine Marvel. Dans le rôle-titre, Brie Larson brille — dans tous les sens du terme, en l’occurrence.

Véritable machine à blockbusters, l’Univers cinématographique Marvel se déploie dans les multiplexes de par le monde depuis plus d’une décennie. Iron Man, avec Robert Downey Jr, sonna la charge en 2008 avec le succès que l’on sait. Depuis, les titres et les suites se sont multipliés au gré de « phases » savamment conçues et déclinées par le grand manitou Kevin Feige, président de la production aux Studios Marvel. Quoique peuplé de personnages féminins importants tels la Veuve noire, alias Scarlett Johansson, Gamora, alias Zoe Saldana, ou la Sorcière rouge, alias Elizabeth Olsen, les Capitaine America, Gardiens de la galaxie et autres Avengers n’avaient encore jamais donné le premier rôle à une superhéroïne (Wonder Woman est chez le concurrent DC). Avec Capitaine Marvel, qu’incarne Brie Larson, c’est maintenant chose faite.

Campé en 1995 (avec palmarès musical assorti), Capitaine Marvel (V.F. de Captain Marvel) conte le parcours superhéroïque de Carol Danvers, une pilote de l’armée américaine qui, dans des circonstances mystérieuses, a été recueillie par une société extraterrestre hyperdéveloppée : les Krees. Désormais dotée de pouvoirs extraordinaires qu’elle tente de canaliser avec l’aide de son mentor Yon-Rogg (Jude Law), la jeune femme vient d’intégrer la milice Starforce.

Durant sa première mission, Carol est capturée par un Skrull, un être capable de changer de forme (Ben Mendelsohn). Après s’être échappée, elle met le cap sur la Terre, où elle espère en apprendre davantage sur son passé et sur cette scientifique énigmatique (Annette Bening) et cette amie pilote (Lashana Lynch) qui hantent sa mémoire fragmentée.

Or, Carol, cette Capitaine Marvel en puissance, n’est pas au bout de ses surprises.

Aller voir Capitaine Marvel ou pas?

 

 

Commentaire féministe

En filigrane, Capitaine Marvel propose un commentaire féministe bienvenu, lequel se manifeste à la fois dans la manière dont le scénario de Anna Boden, Ryan Fleck et Geneva Robertson-Dworet inverse ou satirise les rapports de force usuels, et lors de clins d’oeil explicites (le motard qui réclame un sourire à Carol y perdra son bolide, entre autres exemples).

À cet égard, la réalité dépassant souvent la fiction, des trolls que l’on devine masculinistes ont pris d’assaut le populaire agrégateur de critiques Rotten Tomatoes en amont de la sortie de Capitaine Marvel, ceci dans le but d’abaisser artificiellement la cote de popularité anticipée du film.. Après que des opérations concertées similaires (appelées en anglais « review bomb ») ont visé d’autres superproductions ayant pour têtes d’affiche des femmes, comme le remake de Ghostbusters ou Wonder Woman, l’influent site s’est décidé à prendre des mesures concrètes pour endiguer ce flot virulent.

Ironiquement, ce phénomène désolant ne fait que prouver la pertinence, voire la nécessité de films comme Capitaine Marvel (en attendant ce projet de long métrage solo consacré à la Veuve noire).

La trame, on le précise, s’enrichit de considérations additionnelles, à commencer par une critique peu subtile mais efficace des politiques antimigratoires de l’Amérique actuelle. Tweets furieux de Donald Trump dans 3, 2, 1…

Cohésion, continuité

Du point de vue de la qualité, où se situe au juste Capitaine Marvel au sein du gargantuesque Univers cinématographique Marvel ? Car avec autant de titres et de suites, fatalement, l’ensemble est devenu quelque peu inégal. Toutefois, force est de reconnaître la cohésion maintenue depuis 2008.

Pour ce qui est de Capitaine Marvel, donc, à dire vrai, le film compte parmi les meilleurs crus, tels le premier Iron Man, le second Capitaine America, le premier Les Gardiens de la galaxie et le premier Ant-Man. Le rythme ne faillit jamais et le récit maintient de solides assises émotionnelles.

Un mot sur la vedette Brie Larson, lauréate d’un Oscar pour le film Room : elle est formidable, frondeuse, sourire en coin… On se réjouit aussi de retrouver Samuel L. Jackson, savoureux dans son rôle récurrent de Nick Fury (et ici rajeuni par la magie des effets visuels).

Le film a été coréalisé par Anna Boden et Ryan Fleck, tandem s’étant illustré sur le circuit indépendant avec notamment Half Nelson et Mississippi Grind. Impartis de moyens exorbitants, ils n’impriment pas tant une signature sur ce film-ci qu’ils s’acquittent avec savoir-faire d’une tâche consistant surtout à inscrire Capitaine Marvel dans la continuité visuelle de ses prédécesseurs.

C’est, pour le meilleur ou pour le pire, l’une des clés de cette cohésion évoquée. Les fans y trouveront largement leur compte. Quant aux personnes qui en ont marre des films de superhéros, elles savent qui elles sont.

Ah, un détail qui fera peut-être pencher la balance : le film donne à voir l’un des chats les plus craquants de ce côté-ci de la galaxie.

Capitaine Marvel (V.F. de Captain Marvel)

★★★ 1/2

Aventures de Anna Boden et Ryan Fleck. Avec Brie Larson, Samuel L. Jackson, Ben Mendelsohn, Jude Law, Annette Bening, Lashana Lynch. États-Unis, 2019, 124 minutes.