Doubles vies

Sous couvert de raconter les infidélités d’une ménagerie d’intellectuels aisés, Olivier Assayas interroge l’avenir du monde littéraire, du mot, de l’idée, entre nostalgie de ce qui fut et incertitude quant au futur numérique. Les personnages, incarnés par d’excellents comédiens, possèdent une profondeur appréciable. Or, la structure est si répétitive qu’on en vient à se lasser d’eux. Ainsi, bloc narratif après bloc narratif, on se rencontre, on s’assoit et on devise. À chaque séquence son sous-thème quasiment surligné. C’est néanmoins loin d’être inintéressant, d’autant que les répliques savoureuses ne manquent pas. Incessant, le dialogue donne hélas trop souvent l’impression d’un cinéaste qui pontifie par la bouche de ses interprètes. Conclusion ? De la même manière que cet éditeur doute qu’un agrégat de tweets équivaille à un manuscrit, on se demandera si cette collection de réflexions a valeur de scénario.

Notre critique complète

Horaire en salles

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Doubles vies

★★ 1/2

Comédie de mœurs d’Olivier Assayas. Avec Guillaume Canet, Juliette Binoche, Vincent Macaigne, Christa Théret, Nora Hamzawi. France, 2019, 108 minutes.