Une colonie

L’enfance semble un pays que Geneviève Dulude-De Celles (Bienvenue à F.L.) se plaît à ratisser, sans compter celui de son enfance, la région de Sorel- Tracy, avec cette campagne marquée aussi par l’industrialisation. Ces paysages, la jeune Mylia (Émilie Bierre) semble les observer avec détachement, voire avec ennui, tout le contraire de sa cadette (Irlande Côté), vraie boule d’énergie. À la faveur de l’arrivée de Mylia, protégée de loin par les adultes, dans une nouvelle école, c’est aussi de nouveaux horizons qui s’ouvrent devant elle, des découvertes parfois douloureuses. Une oeuvre délicate, sensible, sur ces passages entre deux âges, transitions aussi douloureuses qu’interminables, mais essentielles pour atteindre une assurance nécessaire. C’est l’une des belles leçons d’Une colonie.

Notre critique complète

Horaire en salles

Une colonie

★★★ 1/2

Drame de Geneviève Dulude-De Celles. Avec Émilie Bierre, Irlande Côté, Jacob Whiteduck-Lavoie, Cassandra Gosselin-Pelletier. Québec, 2018, 103 minutes.