Le poirier sauvage (V.O. avec s.-t.f.)

Son diplôme en poche, Sinan revient dans le village lui ayant inspiré un roman qu’il espère publier grâce à ses maigres économies. C’est hélas sans compter les dettes de son père. De retrouvailles en nouvelles rencontres, Sinan affiche l’assurance stoïque de ceux qui ne doutent de rien. Cela, tandis qu’il devient à son insu le protagoniste plus candide qu’il ne le croit d’un magnifique récit d’apprentissage. Réalisé par Nuri Bilge Ceylan, Palme d’or pour Winter Sleep, Le poirier sauvage par sa volonté de « donner le temps au temps » et grâce à son pouvoir d’évocation visuelle, une qualité romanesque des plus à propos. Fidèle à sa manière, le cinéaste privilégie l’harmonie au sein du cadre plutôt qu’une esthétique ampoulée. Découle de cette mesure une beauté sobre mais constante, traversée çà et là de fugaces éclats de splendeur formelle. Tout campé autre part soit-il, le parcours de Sinan revêt une portée universelle.

Notre critique complète

Horaire en salles

Le poirier sauvage (V.O. avec s.-t.f.)

★★★★

Chronique de Nuri Bilge Ceylan. Avec Dogu Demirkol, Murat Cemcir, Bennu Yildirimlar, Asena Keskinci, Serkan Keskin, Hazar Ergüçlü. Turquie, 2018, 188 minutes.