En bref: Intermittents, pas question d'annuler Cannes

Paris — «Il n'est absolument pas question» d'annuler le Festival de Cannes, a affirmé hier sa directrice générale Véronique Cayla, en assurant que les relations avec les intermittents du spectacle étaient «bonnes» et placées «sous le signe de l'ouverture et du respect mutuel».

«On dit souvent que nos relations avec les intermittents sont tendues, en fait elles sont bonnes, elles sont placées sous le signe de l'ouverture et du respect mutuel, a précisé Véronique Cayla sur France-Inter. Nous respectons leur désir de s'exprimer, de faire connaître leur point de vue, et ils ont jusqu'à présent aussi fait souvent savoir qu'ils souhaitaient absolument que les oeuvres et la venue des artistes puissent se dérouler dans de bonnes conditions.» Véronique Cayla a en outre mis en garde contre «une dramatisation excessive» de la situation, alors qu'à ses yeux, «il n'y a aucune raison pour que [le festival] se passe mal». Parallèlement, le Journal du dimanche a publié un «appel de soutien aux intermittents» signé par une dizaine de cinéastes dont les oeuvres seront présentées au cours du festival qui doit se tenir du 12 au 23 mai. Les cinéastes rappellent que «si les intermittents n'existaient pas, [leurs] films n'existeraient pas», et se prononcent pour que «les films soient vus et que la parole circule».