Le film «Chien de garde» dans la course aux Oscar

Théodore Pellerin dans une scène de «Chien de garde», un rôle qui lui a valu le prix de Révélation de l’année au Gala Québec Cinéma.
Photo: Axia Films Théodore Pellerin dans une scène de «Chien de garde», un rôle qui lui a valu le prix de Révélation de l’année au Gala Québec Cinéma.

Le film Chien de garde de la réalisatrice Sophie Dupuis a été choisi pour représenter le Canada dans la course à l’Oscar du meilleur long métrage en langue étrangère.

C’est ce qu’a dévoilé Téléfilm Canada mercredi devant un parterre surpris, mais ravi par la sélection de l’oeuvre de Sophie Dupuis, une réalisatrice rompue au court métrage, mais qui faisait ses premiers pas dans le long métrage avec Chien de garde.

Le choix a été fait par un comité de 24 membres représentant les principaux organismes gouvernementaux et associations de l’industrie cinématographique au pays.

Le film, souvent qualifié de sombre, a disposé d’un budget de 1,5 million. Il gravite autour des enjeux d’une famille aux membres aussi attachants que vulnérables et troublants. Il met entre autres en vedette Jean-Simon Leduc, Théodore Pellerin, Maude Guérin et Paul Ahmarani.

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir La réalisatrice Sophie Dupuis

Même si son film a reçu de belles récompenses aux derniers prix Iris et qu’il a eu une belle vie de festivals, Sophie Dupuis ne voyait pas du tout venir cette sélection. « Apprendre qu’on représente son pays à cette grande cérémonie du cinéma, c’est vraiment renversant, j’ai appris la nouvelle il y a quelques heures et je suis encore bouche bée, surtout avec un premier long métrage. »

Le comédien Jean-Simon Leduc s’en allait prendre la route vers Québec mercredi matin avant de recevoir la bonne nouvelle et de tout mettre en plan. Selon lui, la sélection de Chien de garde s’explique par le côté authentique de l’oeuvre. « Ce film-là a sa place aux Oscar. Il joue bien ses cartes entre un film d’auteur et un fil rythmé, pop. »

Selon Leduc, cette sélection prouve aussi « qu’on peut donner des sous, de la confiance et de l’attention à de nouveaux réalisateurs ».

Sophie Dupuis est par ailleurs très fière qu’une femme représente ainsi le Canada, ce qu’ont déjà fait Louise Archambault et Deepa Mehta. « Il y a des mesures qui sont prises ici, et ça paraît déjà. Moi, j’arrive du court métrage et il y a énormément de femmes à faire des films et à recevoir des prix. Là, on est prêtes à faire des longs, on est encouragées à le faire, on a des gens derrière nous qui disent “oui, on a envie d’entendre ce que vous avez à dire”. […] J’espère être à la hauteur de cette responsabilité-là. »

Le travail commence

Chien de garde est resté six semaines sur les écrans québécois, et a récolté de respectables recettes de 110 000 $ au box-office, souligne le producteur du film Étienne Hansez, de chez Bravo Charlie. Il reconnaît que le choix du film est une surprise autant dans l’industrie que chez les journalistes. « Mais on va être entourés. On est parvenus à relever bien des défis déjà, on va partir avec cette même énergie et cette même envie, tout en étant entourés de gens extrêmement expérimentés. »

L’équipe, qui sera épaulée par Téléfilm Canada, devra se trouver un diffuseur et un agent de vente aux États-Unis, ajoute Hansez.

L’année dernière, c’est Hochelaga, terre des âmes, de François Girard, qui avait été sélectionné.

Dans cette catégorie, l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences gardera en nomination cinq oeuvres venues de partout dans le monde. La prochaine cérémonie des Oscar se déroulera le 4 mars.

Les films canadiens soumis aux Oscar

2017 Hochelaga, terre des âmes, de François Girard

2016 Juste la fin du monde, de Xavier Dolan

2015 Félix et Meira, de Maxime Giroux

2014 Mommy, de Xavier Dolan

2013 Gabrielle, de Louise Archambault

2012 Rebelle, de Kim Nguyen

2011 Monsieur Lazhar, de Philippe Falardeau

2010 Incendies, de Denis Villeneuve

2009 J’ai tué ma mère, de Xavier Dolan

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.