La douleur

Emmanuel Finkiel adapte Marguerite Duras avec admiration et respect, mais sans soumission aux diktats du cinéma de l’Occupation. Avec des moyens modestes, il reconstitue l’attente douloureuse de la jeune romancière, entre 1944 et 1945, s’imaginant le pire à propos de son mari, Robert Antelme, un résistant tombé aux mains des nazis. Le cinéaste apparaît tout entier dévoué aux déchirements intérieurs de cette femme incarnée par Mélanie Thierry, ne cherchant jamais à imiter cette figure légendaire. Paris semble parfois grouillant et agité, vu le plus souvent à travers le regard anxieux, désespéré, et contradictoire de celle qui a tiré un grand livre, La douleur, de cette expérience singulière, ici revisitée dans la délicatesse et la mélancolie.

Notre critique complète

Horaire en salles

La douleur

★★★ 1/2

Drame d’Emmanuel Finkiel. Avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel, Benjamin Biolay, Shulamit Adar. France, 2017, 127 minutes.