Kin. Le commencement (V.F. de Kin)

Photo: K-Films Amérique

Les courts métrages sont parfois de merveilleux résumés pour des longs à venir. C’est ce qu’ont cru les frères Jonathan et Josh Baker en s’inspirant d’un de leurs premiers films, Bag Man, pour en faire une fantaisie aux frontières de la science-fiction, du thriller et du road movie. Dans Kin, non seulement ils ont perdu le nord — aucun des genres qu’ils abordent n’apparaît pleinement maîtrisé —, mais ce récit d’arme surpuissante entre les mains d’un adolescent témoigne de la vulgarité d’une société pour qui fusillades, excès de vitesse et cambriolages deviennent des rituels de passage. Dans ces univers urbains tristounets, une Amérique paumée reconstituée en Ontario, les incidents malheureux, ou faussement spectaculaires, s’enchaînent à un rythme inégal, à peine soutenu par les présences peu convaincantes de James Franco et Dennis Quaid.

Notre critique complète

Horaire en salles

Kin. Le commencement (V.F. de Kin)

★★

Science-fiction de Jonathan Baker et Josh Baker. Avec Jack Reynor, Myles Truitt, James Franco, Zoë Kravitz. États-Unis, 2018, 102 minutes.