Dans la brume

Photo: Les Films Séville

Le Paris de Dans la brume, film d’anticipation, n’est ni celui d’une époque révolue ni celui d’aujourd’hui (quoique). Mais embrumée, puis éteinte, sans électricité et presque totalement muette, la Ville Lumière de Daniel Roby (Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde) est prise d’un grand effroi, ce qui est plutôt bon signe pour une fiction dite de catastrophe. Alors que le Tout-Paris se meurt sous l’effet d’une mystérieuse brume, Mathieu (Romain Duris) et son ex, Anna (Olga Kurylenko), réussissent à survivre en se réfugiant chez leurs voisins au dernier étage d’une tour d’habitation. Leur fille, restée plus bas, survit grâce à la chambre aseptisée dans laquelle la maladie la contraint à vivre. Or, tôt ou tard, il leur faudra quitter les lieux. Sans bousculer le genre, Daniel Roby livre un film plutôt solide, malgré quelques incohérences. Et au-delà de la confrontation un peu superficielle entre le regard scientifique et l’approche instinctive, le récit nous plonge dans un Paris onirique, vu de ses toits comme jamais il ne nous avait été possible de le voir.

Notre critique complète

Horaire en salles

Dans la brume

★★★

Drame de Daniel Roby. Avec Romain Duris, Olga Kurylenko, Fantine Harduin. France, Québec, 2018, 89 minutes.