McQueen

Photo: Elevation Pictures

L’exposition Savage Beauty, présentée au Metropolitan Museum of Art de New York et plus tard au Victoria and Albert Museum de Londres, a connu un succès phénoménal : on y célébrait le génie provocateur du styliste britannique Alexander McQueen. Il n’avait que 40 ans lorsqu’il a décidé de mettrefin à ses jours, le 11 février 2010, d’une manière cruelle, pas si éloignée de toutes les collections qu’il va imaginer dès ses débuts en 1992. Ce mauvais garçon de la mode européenne, recruté dans le giron de Givenchy, et plus tard de Gucci, va étaler ses névroses et ses démons dans des créations d’où émanent sexe, violence, abus, désillusions. Collaborateurs, amis et membres de la famille se succèdent devant la caméra des deux documentaristes pour célébrer son génie foudroyant, mais aussi ses errances ; celles d’un enfant de milieu modeste s’étant fabriqué sur mesure, et à la dure. Les propos et confidences sont accompagnés de la musique de Michael Nyman, un des nombreux complices artistiques de celui dont les vêtements savaient parler pour lui. Et parfois trop.

Notre critique complète

Horaire en salles

McQueen

★★★★

Documentaire de Peter Ettedgui et Ian Bonhôte. Grande-Bretagne, 2018, 111 minutes.