Les films de notre vie: ciné-nostalgie

Porte-parole de l’événement, Rock Demers présentera «Bonnie and Clyde» d’Arthur Penn ainsi que «Danger pleine lune», film d’animation de Bretislav Pojar.
Photo: Télé-Québec Porte-parole de l’événement, Rock Demers présentera «Bonnie and Clyde» d’Arthur Penn ainsi que «Danger pleine lune», film d’animation de Bretislav Pojar.

Les vidéoclubs étant en voie de disparition et la majorité des salles se consacrant aux nouveautés, il est de plus en plus difficile de mettre la main sur des films de répertoire ou rare d’avoir l’occasion de les voir sur grand écran. L’été dernier, afin de remédier à la situation, Raymond Cloutier, alors directeur artistique et général du théâtre Outremont, avait appelé Roland Smith à la rescousse. Propriétaire du théâtre Outremont au début des années 1970, celui que l’on surnomme Monsieur Répertoire avait alors concocté une programmation de 47 films réunis sous la bannière « Les films de ma vie ».

Le succès a été tel — 10 574 entrées pour 88 projections — que le théâtre Outremont renouvelle l’expérience à compter de jeudi. Or, cette fois, Roland Smith n’étant plus seul à bord, la sélection s’intitule « Les films de notre vie ». De fait, 20 personnalités ont contribué à ce programme comprenant 41 films pour un total de 61 projections.

Acteur que plusieurs réalisateurs s’arrachent (on l’entendra dans Ville Neuve, film d’animation de Félix Dufour-Laperrière, et on le verra dans Genèse, de Philippe Lesage), Théodore Pellerin aura l’honneur d’ouvrir les festivités en présentant Une femme sous influence (1974), de John Cassavetes.

Porte-parole de l’événement, Rock Demers présentera Danger pleine lune (1991), film d’animation de Bretislav Pojar (15 août), et Bonnie and Clyde (1967), d’Arthur Penn. Parmi les programmateurs-présentateurs invités, mentionnons Pierre Karl Péladeau, qui a choisi Les ordres (1974), chef-d’oeuvre de Michel Brault (8 août), de même que 1900 (1976), de Bernardo Bertolucci, projeté en deux actes (les 8 et 9 août).

Michel Tremblay sera présent à la projection d’Il était une fois dans l’Est (1974), d’André Brassard, où l’on retrouve plusieurs personnages de ses divers univers (10 août). Denise Bombardier viendra témoigner de son amour pour Autant en emporte le vent (1939), de Victor Fleming (11 août), et André Forcier, de son affection pour Les quatre cents coups (1959), de François Truffaut (17 août). Enfin, la chroniqueuse du Devoir Odile Tremblay viendra clore le cycle en présentant Blow Up (1966), de Michaelangelo Antonioni (2 septembre).

Les films de notre vie

Théâtre Outremont, du 2 août au 2 septembre