Les flâneurs

Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.
Image: Le Devoir Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.
Manon Dumais

Splendeur et décadence à la cour
Ce ne sont pas les libertés avec l’Histoire ni les invraisemblances qui manquent dans Versailles, somptueuse série de Canal + (tournée en anglais !). En plus, les acteurs sont trop jolis pour les personnages qu’ils incarnent ! Campée en 1667, cette série, dont les deux premières saisons se trouvent sur l’Extra de Tou.tv, nous ramène au moment où Louis XIV (George Blagden) entreprend de transformer son pavillon de chasse en palais. Dans cette opulence et ces extravagances domine le ténébreux Fabien Marchal (Tygh Runyan), chef de police du roi, créé pour les besoins de la série. Et pour notre grand bonheur !


Philippe Papineau

Plongée à Alep
Alors que le dossier des Casques blancs syriens refait surface dans l’actualité canadienne, le documentaire Les derniers hommes d’Alep (Last Men in Aleppo dans sa version originale) est une bonne et troublante façon de se familiariser avec le travail de ces secouristes volontaires dans les zones rebelles en Syrie. Le film réalisé par Feras Fayyad nous amène à quelques pas des bombes, dans les décombres, dans la poussière et la douleur. L’oeuvre nommée aux derniers Oscar est disponible sur Netflix.


Louise-Maude Rioux Soucy

Attention, tranchant !
Il aura fallu trois épisodes pour que le scalpel de Jean-Marc Vallée fasse son chemin. Déroutée mais déjà admirative devant la chronologie torturée de Sharp Objects, me voilà bien ferrée par ses fils tranchants. Scarifiée, souffrante, Amy Adams y est, il faut le dire, bouleversante en journaliste en déroute d’abord imaginée par la romancière Gillian Flynn. Impériale, Patricia Clarkson, qui incarne sa mère, est glaçante en belle du Midwest. Bonne nouvelle, la redoutable machine estivale dominicale développée par HBO avec sa classe habituelle sera aussi disponible en français sur Super Écran à partir du 12 août sous le titre Sur ma peau.


Jérôme Delgado

Champs de mémoire
Touriste ou pas, on gagne à se perdre dans le Vieux-Montréal. Et flâner peut mener à du nouveau. C’est le cas du projet Métis-sur-Montréal du Château Ramezay, qui se traduit chaque été en une expérience renouvelée d’un jardin, situé en face de l’hôtel de ville. L’invitée de 2018, l’artiste Dominique Blain, commémore le centenaire de la fin de la Grande Guerre par un aménagement rappelant la renaissance en fleurs des champs de bataille. Et au coeur de cet espace entouré de symboles de pouvoir, son monument honore les victimes et déshonore les décideurs. Avec l’appui des mots de Paul Valéry, qui n’ont rien de vieux.