Plonger

Après une période de folle passion, la relation entre César, un reporter de guerre, et Paz, une photographe aventurière, s’étiole. Il aspire désormais à la quiétude, elle ressent plus que jamais l’appel du chaos. Peu après la naissance de leur enfant, voici que Paz disparaît. Et César de partir à sa recherche, en quête de sens. En dépit du titre, Plonger, de Mélanie Laurent, reste en surface. Après une première partie pastorale mise en scène comme un pastiche de Terrence Malick, la fuite de Paz donne lieu à un lent et laborieux déballage psychologique qui ne convainc guère, faute d’une profondeur véritable. Paz est un personnage mû par une soif d’absolu au potentiel fascinant, mais ici jamais très incarné. Comme joué par Maria Valverde et Gilles Lellouche, tout cela paraît bien intense et bien déchirant, mais justement, ça ne dépasse jamais le stade du « paraître ».

Notre critique complète

Horaire en salles

Plonger

★★

Drame psychologique de Mélanie Laurent. Avec Gilles Lellouche, Maria Valverde, Ibrahim Ahmed, Marie Denarnaud. France, 2017, 102 minutes.