«Quand l’amour se creuse un trou»: déraison et sentiments

Miron est en pleine félicité au sein d’une union «contre nature». Laquelle apparaît dans le contexte parfaitement crédible. Le doigté et la sensibilité déployés par le réalisateur y est pour quelque chose, mais c’est d’abord imputable au jeu sincère et complice de Robert Naylor.
Photo: Stéphane Lavoie Miron est en pleine félicité au sein d’une union «contre nature». Laquelle apparaît dans le contexte parfaitement crédible. Le doigté et la sensibilité déployés par le réalisateur y est pour quelque chose, mais c’est d’abord imputable au jeu sincère et complice de Robert Naylor.

Miron a 17 ans. Il en aura 18 dans deux mois. Il a beau avoir la vie devant lui, ses parents s’inquiètent de le voir gâcher son avenir à coups de pilules, de farniente et de petite délinquance. Jugeant qu’il y a grands maux et donc que sont requis de grands remèdes, voici Thérèse et David, les adultes aux abois, qui quittent la métropole pour l’été, leur progéniture catastrophée à leur suite. Direction : la campagne. Entre en scène Florence, une voisine excentrique au charme irrésistible. Et l’amitié entre elle et Miron de se transformer en amour véritable. Et maman et papa de pousser les hauts cris. Un détail : Florence a 72 ans. Premier long métrage d’Ara Ball, qui signe réalisation, scénario et montage sur microbudget, Quand l’amour se creuse un trou exsude la même exubérance que son jeune héros.

On le comprend d’entrée de jeu, et le cinéaste l’a confirmé en entrevue, l’hommage au film Harold et Maude, de Hal Ashby, vaut non seulement pour la prémisse, mais pour le ton. Ainsi l’action de Quand l’amour se creuse un trou, campée en 1995, se déroule-t-elle dans une réalité à la fois satirisée et amplifiée. Cela, tant dans le verbe, volontiers fleuri, qu’à l’image, stylisée. Elle privilégie la perception de Miron, un être entier s’il en est.

Révélateurs positifs

Miron ressent, et c’est l’un des plus merveilleux malheurs de son âge, chaque événement, chaque expérience, de manière intense, voire exacerbée. C’est patent dans son conflit générationnel avec ses parents autant que dans sa relation passionnée avec Florence.

Florence qui, à son contact, renoue avec une part d’elle-même, une fougue qu’elle avait mise de côté au gré d’une vie d’épouse et de mère. Leur histoire émeut entre autres grâce à cela, grâce à cette manière qu’a Ara Ball de suggérer que les amoureux improbables agissent comme des révélateurs positifs l’un pour l’autre.

Cette dynamique du dévoilement vaut également pour les parents de Miron, avec ce père doublement ébranlé, et donc prompt à contre-attaquer, du fait que son propre couple traditionnel est en crise alors que son fils est en pleine félicité au sein d’une union « contre nature ». Laquelle apparaît dans le contexte parfaitement crédible. Le doigté et la sensibilité déployés par Ara Ball y est pour quelque chose, mais c’est d’abord imputable au jeu sincère et complice de Robert Naylor (10 1/2, 1:54), aussi compositeur, et de France Castel (Une histoire inventée, Karmina, Je me souviens), qu’on retrouve avec bonheur dans un premier rôle.

Impétueux et vivifiant

Si Julie Le Breton et Patrice Robitaille se révèlent sans surprise délicieux en parents aux prises avec un surplus cérébral et un déficit émotionnel, le cinéaste aurait néanmoins gagné à maintenir sa focalisation rivée au point de vue de son protagoniste (comme Ashby s’arrimait presque exclusivement à celui d’Harold). En effet, dans ses moments où l’on délaisse le regard de Miron, le côté décalé du film devient moins organique sans le jeune homme pour le justifier.

Les dialogues existentialistes sont en outre abondants, peut-être surécrits, se dit-on initialement. Puis l’on s’y fait, acceptant la convention, acceptant que ce soit là partie intégrante de ce qu’est Miron, et donc, de ce qu’est le film.

Car, on l’a évoqué, Quand l’amour se creuse un trou est à l’image de son héros, de la jeunesse de ce dernier : impétueux puisqu’assoiffé de liberté, un peu brouillon à cause de cela, mais toujours vivifiant pour cette même raison.

Parce que parfois, trop, c’est juste assez.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Quand l’amour se creuse un trou

★★★ 1/2

Comédie sentimentale d’Ara Ball. Avec Robert Naylor, France Castel, Julie Le Breton, Patrice Robitaille. Québec, 2018, 89 minutes.