«La chambre du patriarche»: le miroir aux alouettes

«La chambre du patriarche», de Danae Elon
Photo: Filmoption International «La chambre du patriarche», de Danae Elon

Escroc ou martyr ? Né en Grèce d’une famille modeste et devenu guide spirituel des chrétiens orthodoxes du Moyen-Orient en 2001, le patriarche Irénée Ier est tombé en disgrâce quatre ans plus tard, emporté par un scandale immobilier soi-disant organisé au profit d’un groupe de colons israéliens d’extrême droite dans un des lieux les plus chargés de Jérusalem.

Des années plus tard, la cinéaste Danae Elon (P.S. Jérusalem) a voulu percer le secret de cette figure controversée confinée mystérieusement à sa chambre lors de sa rétrogradation. Il lui faudra trois ans pour venir à bout de cet écheveau inextricable. On suit son enquête monacale avec une curiosité croissante, fasciné par le miroir aux alouettes qui s’anime au fur et à mesure qu’elle enfonce des portes pour déterminer si le patriarche a bien été trahi à dessein comme il le prétend.

Il y a une exigence teintée de candeur chez Danae Elon, qui louvoie dans ces coulisses avec une sensibilité déroutante. L’approche n’en est pas moins rigoureuse, lui permettant pour finir de tisser une toile complexe aux ramifications multiples, pleine de nuances. En résulte un film accessible, factuellement costaud, mais avec un supplément de sentiment qui lui donne au passage une grande humanité.

Horaire en salles

La chambre du patriarche

★★★ 1/2

Documentaire de Danae Elon. Israël–Canada, 2018, 83 minutes.