Revenge (V.O.F.)

Photo: Mes productions / Monkey Pack Films

Non loin d’une villa isolée, une jeune femme victime d’un viol est laissée pour morte par ses agresseurs. Or elle survit et revient se venger. Sur papier, Revenge annonce un certain type de films d’exploitation des années 1970 indéfendable même alors. Sur grand écran, c’est une autre histoire. D’une part, parce que Coralie Fargeat subvertit les poncifs misogynes desdits films (objectifiant par exemple l’homme plutôt que la femme). D’autre part, parce qu’elle déploie une réelle vision pour conter son récit sanguinaire. La cinéaste insuffle une vraie beauté à ses plans, recourant à un symbolisme riche. Fait révélateur, le viol est le seul acte de violence qu’elle ne montre pas. Assumés, revendiqués, les excès gore en rebuteront certains. On ne pourra cependant nier la pertinence du sous-texte, car Coralie Fargeat a beaucoup réfléchi non seulement sur la facture, mais aussi sur le propos de ce premier film viscéral.

Notre critique complète

Horaire en salles

Revenge (V.O.F.)

★★★ 1/2

Thriller de Coralie Fargeat. Avec Matilda Lutz, Kevin Janssens, Guillaume Bouchède, Vincent Colombe. France, 2017, 108 minutes.