Venise en Québec

Verónica Lynn et Alden Knight sont merveilleux dans les rôles des vieux amants dans «Candelaria».
Photo: Giornate degli Autori Verónica Lynn et Alden Knight sont merveilleux dans les rôles des vieux amants dans «Candelaria».

Le 30 avril s’amorce au Centre Phi le festival Giornate degli Autori, ou Venice Days, du nom du volet que la Mostra de Venise consacre au cinéma indépendant. Directeur de ladite section, Sylvain Auzou a sélectionné pour les cinéphiles montréalais huit titres qui seront présentés en primeur dans la métropole. Venu de Cuba, Candelaria ouvre le bal le 30 avril tandis que le thriller thaïlandais Samui Song clôt la danse le 5 mai.

Chronique d’un amour ravivé, Candelaria, de Jhonny Hendrix, s’attarde à un couple de septuagénaires qui, après avoir trouvé une caméra, décide de documenter son quotidien pour mieux le pimenter. Mais voilà que la caméra est dérobée ! En toile de fond : La Havane qui ploie sous la crise économique de 1994-1995.

Alden Knight et Verónica Lynn sont merveilleux dans les rôles des vieux amants.

Film noir à la narration savamment déconstruite, Samui Song, de Pen-ek Ratanaruang, bénéficie d’une facture et d’un montage ingénieux, mais surtout d’une performance centrale épatante de Laila Boonyasak. La comédienne incarne une actrice de roman-savon thaïlandais qui aspire à une carrière dans le cinéma d’auteur tout en subissant les violences psychologiques et physiques de son mari, un sculpteur français aux tendances mystiques.

Violent, stylisé, Samui Song multiplie les ellipses intrigantes.

Nouveau burlesque

Entre ces films d’ouverture et de fermeture, six autres titres : Volubilis, de Faouzi Bensaïdi, Longing, de Savi Gabizon, M, de Sara Forestier, Looking for Oum Kulthum, de Shirin Neshat, Life Guidance, de Ruth Mader, et Getting Naked : A Burlesque Story, de James Lester.

Ce dernier titre se démarque du lot, non seulement par son sujet, soit la nouvelle scène burlesque new-yorkaise, mais par sa genèse, le réalisateur ayant eu recours à la plateforme de sociofinancement KickStarter pour monter son projet.

Lester privilégie une approche frontale, franche, alors qu’il suit, à la ville comme à la scène, quatre artistes burlesques. Derrière la façade kitsch, tout n’est pas rose, mais la passion de la performance est là, incandescente.

Projeté le 4 mai, Getting Naked : A Burlesque Story sera suivi d’un numéro de l’artiste burlesque Scarlett James, qui participera ensuite à une discussion animée par Herby Moreau.