«Lean on Pete»: la balade solitaire

«Lean on Pete» relate les tribulations de Charley, un garçon de 15 ans qui, dans sa fuite, entraîne un cheval promis à l’abattoir.
Photo: Entract Films «Lean on Pete» relate les tribulations de Charley, un garçon de 15 ans qui, dans sa fuite, entraîne un cheval promis à l’abattoir.

Enfant, Charley a perdu sa mère, partie sans laisser d’adresse. Adolescent, il ne peut guère compter sur son père, un gentil bon à rien qui passe sa vie à boire — à moins qu’il ne boive pour arriver à vivre ? Alors Charley s’occupe de lui-même, courant chaque matin, à l’aube, en une discipline qui lui donne peut-être une illusion de contrôle sur son existence précaire. Lorsque le malheur frappe, Charley est confronté à la perspective d’un foyer d’accueil. Avec une infinie sensibilité mais un refus obstiné de l’effusion, Andrew Haigh relate les tribulations de ce garçon de 15 ans qui, dans sa fuite, entraîne un cheval promis à l’abattoir : Lean on Pete.

Avant que se mette en branle le périple de l’adolescent, Andrew Haigh, auteur des remarquables Weekend et 45 ans, prend son temps pour camper l’univers de Charley. La maisonnette vétuste où il habite avec son père est sise dans un quartier mi-résidentiel, mi-industriel. Dans ce contexte de laisser-aller ambiant, la nature a commencé à reprendre ses droits.

Lean on Pete (V.O.), reçu avec enthousiasme tant à Venise qu’à Telluride, montre tout cela très précisément sans jamais appuyer la démonstration. Telle est la manière Andrew Haigh, entre sens du détail et dénuement poétique.

Ainsi ces échanges entre le fils et son père, chaleureux quoique empreints d’une conscience tue que rien ne va vraiment.

Ainsi ces silences lorsque le premier regarde le second en ne demandant pas mieux que de croire à son baratin, parce que ce baratin fait partie de ses repères.

Sans esbroufe

Privé de son père et, justement, de ses derniers repères, Charley fait face au néant. Aussi se consacre-t-il avec un empressement renouvelé au vieux canasson, Lean on Pete, dont il s’occupe depuis un moment pour le compte d’un certain Del. Charley se rabat sur le cheval comme si sa vie en dépendait, et peut-être est-ce le cas.

Confronté, simultanément, à la perte de son père et à la perspective de devoir dire adieu à Lean on Pete, Charley décide de partir à la recherche d’une tante dont il conserve un souvenir heureux, mais dont il ignore à peu près tout, à commencer par le numéro de téléphone.

Dénué de grands moments d’éclats dramatiques, le scénario de Haigh, basé sur le roman de Willy Vlautin, consiste en une suite de rencontres : avec Del (Steve Buscemi), qui donne un travail de palefrenier à Charley, avec Bonnie, une cavalière désabusée (Chloë Sevigny), avec Mike et Dallas, une paire de jeunes vétérans « post-traumatisés » (Lewis Pullman, Justin Rain), avec Silver, un itinérant verbomoteur (Steve Zahn)…

Le film fonctionne cela dit d’abord grâce à la performance centrale de Charlie Plummer, qui dans le rôle de Charley dégage un mélange de détermination et de vulnérabilité aussi naturel que prenant. Une composante indispensable qui permet à Haigh de maintenir tout du long une tension sourde : la menace plane sur Charley, mais on ignore où, et surtout si, elle se matérialisera.

À chaque étranger, son potentiel de bonté ou de danger.

Paradoxe intime

Aux côtés de Charley, Lean on Pete partage une survivance butée, à des lieues du type de récits gentillets attendus avec pareille prémisse. Quand Charley se confie à l’animal, il n’en paraît que plus seul : ce n’est pas un film sur l’amitié, c’est un film sur l’isolement.

Ensemble, l’adolescent et le cheval cheminent à travers une Amérique délabrée sauvée par la majesté tranquille de ses paysages sauvages.

Charley avance, évolue, sur cette toile de fond émouvante dans sa vérité nue.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Lean on Pete (V.O.)

★★★★

Drame social d’Andrew Haigh. Avec Charlie Plummer, Travis Fimmel, Steve Buscemi, Chloë Sevigny, Steve Zahn. Grande-Bretagne, 2018, 121 minutes. V.O.A. : Cineplex Odeon Forum