Denys Arcand change le titre de son prochain film

Le nouveau long métrage du réalisateur montréalais prendra l’affiche le 28 juin.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le nouveau long métrage du réalisateur montréalais prendra l’affiche le 28 juin.

Le prochain film de Denys Arcand change de titre pour s’appeler La chute de l’empire américain.

Le long métrage, dont la sortie est prévue pour le 28 juin, était connu jusqu’ici sous le titre Le triomphe de l’argent.

Le nouveau titre rappelle celui du Déclin de l’empire américain, qui lui avait valu une nomination aux Oscar en 1987.

La chute de l’empire américain raconte l’histoire de Pierre-Paul Daoust, célibataire et solitaire, qui détient un doctorat en philosophie de McGill. En allant livrer un colis dans une pseudo-boutique de vêtements pour femmes, il tombe sur une scène de vol à main armée qui a mal tourné : deux morts. Il se retrouve devant deux sacs de sport remplis de billets de banque. Il est alors aux prises avec un dilemme : partir avec les sacs d’argent ou pas ?

Changement de ton

En entrevue à l’émission radiophonique de Paul Arcand, jeudi matin, le cinéaste a expliqué que le titre initial ne correspondait plus à ce qu’il avait tourné. Il a également ajouté que la « chute » du titre signifie simplement « parler de notre époque, parler du temps dans lequel on vit en ce moment ».

La chute de l’empire américain mettra en vedette Alexandre Landry, Louis Morissette, Maripier Morin, Rémy Girard, Maxim Roy, Pierre Curzi et Florence Longpré.

« Je fais des films en essayant, à ma façon, d’obéir à la consigne séculaire : tendre un miroir à la vie et au temps. Même dans les coins les plus reculés de notre planète, nous sommes tous des sujets de l’empire américain. Cet empire se meurt et ses convulsions nous touchent brutalement. Ceux qui mettent tous leurs espoirs dans le départ de Trump oublient qu’après Caligula est venu Néron, et trois siècles d’inexorable désintégration », a écrit le réalisateur dans un communiqué annonçant la sortie de la « pré-bande-annonce » de son nouveau film.

« Nous, au Canada, vivons confortablement sous le parapluie de la pax americana, mais la pourriture morale de l’empire commence à nous infecter. L’omnipuissance de l’argent en est un des symptômes. Trouverons-nous des antibiotiques assez puissants pour combattre cette gangrène ? »