Percée hispanophone pour Éléphant, mémoire du cinéma québécois

Carole Laure, dans «La mort d’un bûcheron» de Gilles Carle
Photo: Les Productions Carle-Lamy Carole Laure, dans «La mort d’un bûcheron» de Gilles Carle

Importante avancée pour Éléphant, mémoire du cinéma québécois. En effet, le vaste projet de restauration et de numérisation de l’ensemble du patrimoine cinématographique québécois verra une partie de son catalogue rendue accessible avec sous-titres espagnols. En tout, 50 films d’ici seront offerts sur iTunes avec cette nouvelle option de visionnement.

Afin de célébrer l’événement, la Cineteca Nacional a convié les cofondateurs d’Éléphant, Marie-José Raymond et Claude Fournier, à trois jours de festivités cinéphiles à Mexico, du 15 au 17 mars. Nelson Carro Rodríguez, le directeur de la diffusion et de la programmation, a choisi trois longs métrages du répertoire Éléphant sous-titrés en espagnol.

Il s’agit de Réjeanne Padovani, de Denys Arcand, des Ordres, de Michel Brault, et de La mort d’un bûcheron, de Gilles Carle. Ce dernier film sera présenté par sa vedette, Carole Laure.

Un début

Le marché hispanophone représente un potentiel de 400 millions de personnes dans 21 pays, fait-on valoir du côté d’Éléphant qui a, à ce jour, restauré et numérisé environ 250 films québécois, de La petite Aurore l’enfant martyre à Gaz bar blues en passant par Les Plouffe et Jésus de Montréal.

Ces films sont accessibles par l’entremise d’illico et d’iTunes dans tous les pays francophones ou anglophones — des sous-titres anglais étaient d’ores et déjà offerts. Graduellement, l’ensemble du catalogue pourra être visionné avec sous-titres espagnols.

Éléphant, mémoire du cinéma québécois est une initiative philanthropique de Pierre Karl Péladeau et de Québecor.