Annihilation

Dans Annihilation, l’envahisseur extraterrestre ramène la notion d’invasion au niveau cellulaire alors que l’écrasement d’une météorite engendre une série de mutations dans un périmètre en expension. Lancé dans cette Zone X horrible et merveilleuse, un détachement féminin cherche à atteindre le point d’origine du phénomène, avec fleurs mutantes et doublons interespèces en un croisement entre Stalker de Tarkovski et L’invasion des profanateurs (Invasion of the Body Snatchers) de Kaufman. Non-linéaire, le récit sacrifie sa fluidité au profit d’une construction alambiquée. Vers la fin, Alex Garland, auteur du brillant Ex Machina, autre allégorie d’humanité en péril, tente de créer un moment de transcendance équivalent au vortex lumineux de 2001. Hélas, ce qui a précédé n’est pas du même calibre : Annihilation est ambitieux, intrigant, mais inabouti.

Notre critique complète

Horaire en salles

Annihilation

★★★

Science-fiction d’Alex Garland. Avec Natalie Portman, Jennifer Jason Leigh, Oscar Isaac. États-Unis, Grande-Bretagne, 2018, 115 minutes.