Le compositeur et musicien Jóhann Jóhannsson est décédé

Le musicien islandais Johann Johannsson
Photo: Justin Talis Agence France-Presse Le musicien islandais Johann Johannsson

Le compositeur islandais Johann Johannsson, auteur de nombreuses musiques de films, est décédé à l’âge de 48 ans, a annoncé son agent samedi.

Le compositeur a été trouvé mort vendredi dans son appartement de Berlin. Une enquête est en cours afin de déterminer les causes de son décès, a déclaré Tim Husom, son agent basé à Los Angeles.

« Je suis profondément triste. Aujourd’hui, j’ai perdu mon ami. C’était un des plus talentueux musiciens et un des hommes les plus intelligents que je connaisse », a dit M. Husom dans un communiqué.

Johann Johannsson, connu pour ses musiques électroniques dépouillées, était très apprécié des réalisateurs. Il a été en nomination deux fois aux Oscar, en 2016 pour la bande originale du thriller Sicario, de Denis Villeneuve, et en 2015 pour The Theory of Everything,  de James Marsh, pour lequel il a reçu un Golden Globe.

Sa collaboration pour Arrival, de Denis Villeneuve, sorti en 2016, lui a valu des nominations aux Grammy, aux BAFTA et aux Golden Globes. Pour les besoins de ce film de science-fiction, qui raconte comment une linguiste tente de communiquer avec des extraterrestres, il a modifié les voix humaines pour créer des sons de l’au-delà afin de dramatiser l’histoire.

Un des derniers films auxquels il a participé est Mary Magdalene, qui doit sortir dans les salles en mars.

Il considérait que beaucoup de films avaient trop de musique, ne laissant pas suffisamment de place aux silences, qui étaient tout autant indispensables.

« Je pense que ma musique est une façon de communiquer directement avec les gens et leurs émotions », avait-il expliqué au magazine The Talks en 2015.

Daniel Pemberton, qui a composé la musique du biopic Steve Jobs, de Danny Boyle, a dit avoir été sidéré en entendant la musique de Johannsson pour Sicario. Il montrait « qu’on pouvait encore faire quelque chose de radicalement nouveau dans la musique de film grand public ».

« Il a toujours repoussé les limites, créant des oeuvres d’art si uniques et passionnantes qu’il devient difficile d’imaginer qu’elles n’existaient pas auparavant », a écrit Daniel Pemberton sur Twitter.