«Star Wars» chez le Barde

Il s’agit du Stormtrooper qui arrête Luke et Obi Wan sur Tatooine et qu’Obi Wan dissuade de fouiller le véhicule grâce à la Force.
Photo: Martin Legault Il s’agit du Stormtrooper qui arrête Luke et Obi Wan sur Tatooine et qu’Obi Wan dissuade de fouiller le véhicule grâce à la Force.

Le soliloque d’Hamlet est sans doute l’un des plus célèbres, sinon le plus célèbre, du théâtre. Combien de fois, depuis sa conception, la tirade « Être ou ne pas être, c’est là la question » a-t-elle été prononcée ? D’adaptations en relectures, la pièce de Shakespeare continue d’inspirer maintes visions. Celle du cinéaste québécois Maxime-Claude L’Écuyer est, c’est en soi un exploit, inédite. Dans son court métrage Squad Leader TD-73028 Soliloquy, c’est un Stormtrooper, ou soldat de l’Empire dans Star Wars, qui récite ledit monologue. Le film est présenté ce mercredi au Festival de Clermont-Ferrand dans le cadre de l’initiative Talent tout court de Téléfilm Canada.

Si ce projet un peu fou put voir le jour, c’est d’abord grâce à la passion de David Blouin, qui a fabriqué de toutes pièces, et à l’identique, patines comprises, une armure de Stormtrooper.

«Je suis ami de longue date avec David. Un soir qu’il me montrait des photos de son travail, je lui ai dit spontanément, mais à la blague, que j’allais lui construire un drame shakespearien autour de son costume. Deux ans plus tard, c’est devenu une réalité ! »

Du sérieux

Dans le film, David Blouin porte le costume tandis que le comédien Anton Golikov dit le texte. L’approche n’est pas satirique, mais sérieuse. À l’instar de la démarche de David Blouin, comme l’explique Maxime-Claude L’Écuyer.

« Son costume est d’une exactitude extraordinaire. Il a étudié l’original, plan par plan, dans le Star Wars de 1977 : il s’agit du Stormtrooper qui arrête Luke et Obi Wan sur Tatooine et qu’Obi Wan dissuade de fouiller le véhicule grâce à la Force. Le vrai casque a été vendu chez Sothby’s et David est allé prendre des photos haute résolution pour avoir les bonnes taches, les bonnes décolorations et marques d’usure, etc. C’est une copie parfaite. David est membre de la Légion 501, un regroupement mondial approuvé par Lucasfilm pour participer à des événements caritatifs, à des conventions comme ComicCon… »

Comme on a pu le voir avec le personnage de Finn dans les deux plus récents opus de la saga, les Stormtroopers sont des fantassins dépersonnalisés et formés depuis l’enfance pour ne servir qu’un maître : l’Empire. Une épaulette orange marque le statut de Squad Leader, ou meneur de peloton, du soldat en question.

Pour l’anecdote, la planète Tatooine, désertique, a été recréée dans une carrière de Saint-Lazare.

« Ç’a été une seule journée de tournage, très condensée, avec une chorégraphie préétablie de manière à respecter la lenteur du soliloque qu’on laisse respirer afin de préserver sa charge hypnotique. Le film dure huit minutes. »

Une dimension shakespearienne

De rappeler Maxime-Claude L’Écuyer, lier Hamlet et Star Wars n’est pas si incongru puisque la création de George Lucas possède, en elle-même, une dimension shakespearienne assumée.

« On connaît beaucoup le fameux “Être ou ne pas être…”, mais lorsqu’on lit la suite, on constate toute la profondeur et la résonance du soliloque, toute sa richesse 400 ans plus tard. »

On pense alors à ce passage : « Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter par une révolte ? »

Par-là, Hamlet se demande s’il doit continuer à vivre ou se suicider. Or, dans la bouche d’un soldat au cerveau lavé, l’idée de révolte pourra être connotée différemment. Entre autres intérêts de l’exercice de recontextualisation.

Tatooine en Québec

Agréablement surpris par la tournure des événements, le cinéaste insiste : « C’est un film autofinancé, à tout petit budget. »

Certes, mais il y a ce Stormtrooper plus vrai que vrai. Surtout, il y a ce texte puissant dont Maxime-Claude L’Écuyer, en le transposant dans un univers de science-fiction bien inscrit dans la culture populaire, tente de réitérer la pertinence. De nouvelles pistes de lecture en perspective pour l’auguste création du Barde ?

Faudra voir le film pour avoir le fin mot. Ça tombe bien, la première officielle est prévue en mars au festival Regard. Auparavant, Squad Leader TD-73028 Soliloquy concourra à la 15e édition de Prends ça court, qui récompensera le 27 février les meilleurs courts métrages québécois de l’année.

D’ici là, que la Force accompagne Maxime-Claude L’Écuyer à Clermont-Ferrand.