«Le jour de la marmotte», ce succès sans fin

Image tirée du film «Le jour de la marmotte»
Photo: Sony Pictures Image tirée du film «Le jour de la marmotte»

Célébré le 2 février, le Jour de la marmotte est à présent une fête connue d’à peu près tout le monde. À cette date, on sort le rongeur de sa tanière et, selon la croyance, s’il voit son ombre, il faut s’attendre à encore six semaines d’hiver. Dans le cas contraire, un printemps précoce est à prévoir. Jadis relativement obscure, cette célébration a crû en notoriété grâce au film Le jour de la marmotte, qui prit l’affiche il y a près de 25 ans, le 12 février 1993. Or, il s’en fallut de peu pour que l’action du film se déroule… en janvier, et sans lien avec une fête précise.

Le jour de la marmotte (Groundhog Day) conte les péripéties de Phil Connors (Bill Murray), un météorologue amer et cynique qui, lors d’un reportage annuel dans la petite ville de Punxsutawney, en Pennsylvanie, constate avec effarement qu’il revit sans cesse le même jour, phénomène dont il est le seul à se rendre compte. De dépression en rédemption en passant par une (hilarante) période de complexe messianique, ce misanthrope invétéré réapprend à aimer l’humanité et, ce faisant, devient un homme meilleur : altruiste, généreux… et amoureux.

Car tout du long, Phil fait une cour assidue à sa productrice Rita (Andie MacDowell), d’abord de manière pitoyable, puis de plus en plus éloquente.

Pas assez d’une seule vie

Imaginé et coécrit, avec le réalisateur Harold Ramis, par Danny Rubin, Le jour de la marmotte prit forme à partir d’une question qui taraudait depuis longtemps le scénariste : « Si une personne devenait immortelle, comment évoluerait-elle au fil du temps ? »

Après avoir jonglé avec l’idée d’un personnage qui acquiert la vie éternelle dans un monde qui change autour de lui, Rubin opta pour le jour qui se répète, d’abord n’importe lequel, puis une morne journée de janvier postcélébrations, jusqu’à ce que son regard se pose sur celle du 2 février, marquée sur le calendrier du futur titre du film. Le concept de redondance offrait un obstacle dramatique très riche au don d’immortalité. Le défi, dès lors, devenait de faire traverser au protagoniste une multitude de variations dudit jour.

« Je me suis demandé si une seule vie pouvait suffire à certains hommes de type adulescent pour finalement sortir de l’enfance. Puis je me suis dit : peut-être que non. Peut-être faut-il plus d’une vie », résuma Rubin au site Big Think en 2010.

C’est ainsi que le parcours de Phil Connors en devint un de quête de maturité et d’épanouissement, voire de l’atteinte du plein potentiel.

Théories et lectures

D’office, plusieurs religions s’approprièrent le « message » du film. Comme se rappelle Harold Ramis dans une entrevue réalisée pour le Blu-ray de 2009, tant les communautés juives que catholiques ou bouddhistes trouvèrent dans le récit des échos de leurs fois respectives. D’ajouter le réalisateur : « Puis, des lettres de psychiatres ont commencé à affluer. Selon eux, le film constituait la métaphore parfaite de la psychanalyse, qui consiste à revisiter encore et encore le même matériel, mais avec une acuité toujours plus grande. »

Dix ans après sa sortie, Le jour de la marmotte fit l’objet d’une âpre lutte dans le cadre d’une programmation spéciale du Museum of Modern Arts à New York intitulée The Hidden God: Film and Faith, toutes les factions religieuses souhaitant le présenter. Dans un article publié par le New York Times en cette occasion, la codirectrice du Centre Religion et Média de l’Université de New York, Angela Zito, raconta qu’elle projetait le film dans sa classe de bouddhisme : « Le jour de la marmotte illustre à merveille la notion bouddhiste de samsara, le cycle continu de renaissance que les bouddhistes considèrent comme une souffrance à laquelle les humains doivent essayer d’échapper. »

C’est ainsi que, peu à peu, de rééditions en rediffusions, Le jour de la marmotte engendra mille et une théories. L’une d’elles, par exemple, compare le film à un jeu vidéo à paliers, avec le héros qui doit recommencer le même palier, ou tableau, tant qu’il n’en aura pas saisi toutes les clés, auquel cas il pourra enfin accéder au palier supérieur.

Lorsqu’il prit l’affiche, le film connut un bon succès commercial et critique, mais personne ne cria au chef-d’oeuvre. Le cas de Roger Ebert est en cela fort représentatif, puisqu’en 1993, il accorda 3 étoiles sur 4 à la comédie, puis en 2005, 4 sur 4 au moment de l’inclure parmi sa sélection de « Grands films ».

« Le film est charmant et agréable », résuma-t-il en 1993 dans un texte favorable mais tiède.

« Le jour de la marmotte est un film qui trouve son ton et son but si précisément que son génie ne sera peut-être pas immédiatement remarqué. Le déroulement est si inéluctable et si divertissant, si dénué d’effort en apparence, que vous devez prendre du recul et vous gifler afin de voir à quel point c’est bon », soutint-il en guise d’introduction, et de mea culpa, dans sa réappréciation de 2005.

Établir une connexion

Des mots qui durent faire plaisir à Harold Ramis, décédé le 24 février 2014 à l’âge de 69 ans, et d’abord rendu célèbre pour avoir partagé la vedette avec Bill Murray dans l’immensément populaire SOS Fantômes (Ghostbusters).

Dans l’entrevue déjà évoquée, le cinéaste confiait, au sujet de la résonnance inattendue du film justement liée à son côté « divertissant » : « Nous sommes sans doute la civilisation la plus divertie dans l’histoire du monde. Nous avons plus de choix de divertissement que quiconque auparavant. Et bien des choses sont divertissantes. Mais peu d’entre elles nous donnent l’impression d’avoir appris quelque chose, d’avoir gagné quelque chose, d’avoir trouvé quelque chose, d’avoir établi une réelle connexion avec un propos. Ce film semble avoir réussi à accomplir cela auprès des gens, et c’est très gratifiant. »

 

À voir en vidéo