Attention, c’est chaud sur le front du cinéma d’ailleurs

Les stars déchues doivent aussi vivre des deuils. Dans «Film Stars Don’t Die in Liverpool», de Paul McGuigan, Jamie Bell va succomber au charme d’Annette Bening, ou plutôt de celle qu’elle incarne, soit l’actrice oscarisée Gloria Grahame.
Photo: Métropole Films Les stars déchues doivent aussi vivre des deuils. Dans «Film Stars Don’t Die in Liverpool», de Paul McGuigan, Jamie Bell va succomber au charme d’Annette Bening, ou plutôt de celle qu’elle incarne, soit l’actrice oscarisée Gloria Grahame.

Un espace de liberté, le grand écran ? Oui, selon les époques, les cultures ou les sensibilités locales. Certains cinéastes lèvent le voile sur des préjugés ou des sujets délicats ; d’autres préfèrent un dénuement physique ou psychologique qui suscite l’inconfort ou les regards curieux.

Ainsi, s’amouracher d’un prêtre, il n’y a pas si longtemps, était considéré comme un péché mortel. Or, ce n’est pas ce qui va arrêter Marine Vatch dans La confession (9 février), de Nicolas Boukhrief, même dans un petit village français pendant la Deuxième Guerre mondiale. Elle craquera pour Romain Duris, qui reprend le rôle, et le col romain, tenu jadis par Jean-Paul Belmondo face à Emmanuelle Riva dans Léon Morin, prêtre, de Jean-Pierre Melville.

La transsexualité suscite encore l’incompréhension, mais ceux et celles qui croient que la nature leur a joué un sale tour savent le prix à payer pour ce changement radical. C’est le cas de Farid, devenu Lola, qui arbore les traits, la voix et la démarche de Fanny Ardant dans Lola Pater (10 février), de Nadir Moknèche.

Le sujet a aussi inspiré le cinéaste chilien Sebastián Lelio dans A Fantastic Woman (16 février), avec la présence de l’actrice trans Daniela Vega, ici en amoureuse éplorée après la mort de son amant aux cheveux blancs, lui dont la famille ignorait tout de ses préférences sexuelles et sentimentales.

L’amour au temps des cougars

Photo: MK2 Mile End Dans «Normandie nue», de Philippe Le Guay, il est question de sauver un petit village des ravages de la crise économique. Un photographe propose à ses habitants de se déshabiller devant son appareil photo, pour la bonne cause. L’idée va plaire au solide François Cluzet (notre photo).

Les stars déchues doivent aussi vivre des deuils, et l’une d’entre elles a trouvé du réconfort dans les bras d’un jeune homme interprété par celui qui fut le petit Billy Elliot, maintenant l’athlétique Jamie Bell. Dans Film Stars Don’t Die in Liverpool (9 février), de Paul McGuigan, il va succomber au charme d’Annette Bening, ou plutôt de celle qu’elle incarne, soit l’actrice oscarisée Gloria Grahame, assurément la mère de toutes les cougars, dont la vie fut ponctuée de mariages ratés et d’unions scandaleuses.

Malgré un soleil de plomb, les choses sont tout aussi sombres dans L’atelier (13 avril), de Laurent Cantet (Entre les murs), nouvelle incursion du cinéaste français du côté de l’enseignement. Il se concentre cette fois sur la relation équivoque entre une romancière (Marina Fois) et un jeune participant de son atelier d’écriture dont la beauté juvénile camoufle mal sa révolte et sa sympathie pour les idées de l’extrême droite.

Dans Normandie nue (1er juin), du sensible et doué Philippe Le Guay (Molière à bicyclette, Floride), point de mystère… et tout le monde tout nu ! Car, pour sauver un petit village des ravages de la crise économique, un photographe visiblement inspiré du célèbre Spencer Tunick propose à ses habitants de se déshabiller devant son appareil photo, pour la bonne cause. L’idée va plaire au solide François Cluzet, mais il aura fort à faire pour convaincre ses concitoyens. Côté sensualité, on repassera, mais pour l’humour, aucune déception possible.

L’Europe s’anime

Derrière les voiles de l’Iran, et les filtres de nos préjugés, 55 % de la population a moins de 30 ans et celle-ci est affligée d’un taux de chômage de près de 30 %. Cette jeunesse a non seulement des désirs d’ailleurs, mais aussi des envies d’ivresse et de sexe, comme le montre Ali Soonzandeh dans Téhéran tabou (26 janvier) (photo AZ Films), une animation produite avec le soutien de l’Autriche et de l’Allemagne — et surtout pas le régime des mollahs ! D’autres productions animées affichent plus de légèreté, visant un public familial, comme le maître British de l’animation en volume Nick Park (Chicken Run), avec Early Man (16 février), et le Français David Alaux, toujours prêt à se donner des airs de Walt Disney dans cette nouvelle aventure des As de la jungle (30 mars). Deux choix portant déjà le sceau « relâche scolaire ».

À voir, toutes affaires cessantes

Cinéphiles à temps (très) partiel — ce que les sièges vides des salles de cinéma ont envie de vous reprocher ! —, vous ne voudrez pas manquer les films de deux cinéastes accomplis.

L’Allemand Fatih Akin (Soul Kitchen) a transformé Diane Kruger en actrice incomparable dans In the Fade (2 février), veuve et mère éplorée après la mort brutale de sa famille, une prestation couronnée à Cannes d’un prix d’interprétation pleinement mérité.

Et notre palme du coeur depuis Dieu vomit les tièdes et Marius et Jeannette revient toujours à Robert Guédiguian, réunissant à nouveau, dans La villa (11 mai), sa grande famille d’acteurs, les Darroussin, Ascaride et cie, pour des retrouvailles sous le soleil de Marseille. Et sous haute tension psychologique.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.