«Dernier arrêt»: ménage tes transports

Vera Farmiga fait une proposition étonnante et lucrative à Liam Neeson.
Photo: VVS Films Vera Farmiga fait une proposition étonnante et lucrative à Liam Neeson.

Avec à peine quelques années de moins, Liam Neeson aurait sans doute bataillé ferme pour obtenir sa place dans l’univers tapageur des superhéros, lui permettant ainsi d’assouvir sa soif d’en découdre avec les vilains de toutes les galaxies.

Depuis The Taken, de Pierre Morel, l’acteur à la mine sombre et à la voix rocailleuse s’amuse à jouer au bagarreur vieillissant grâce à son association avec Jaume Collet-Serra. Car après Unknown, Non-Stop et Run All Night, Neeson était encore prêt pour une autre corrida signée par le cinéaste originaire de Barcelone, cette fois en train, et à New York en plus, là où le réseau de transport collectif fait tous les jours les manchettes pour son état de décrépitude avancée. Il y aurait là un film d’horreur à réaliser, mais le tandem affiche d’autres préoccupations.

Avec toujours la même ferveur, Jaume Collet-Serra pige allègrement dans l’immense vivier créatif d’Alfred Hitchcock, qui lui aussi s’est inspiré des trains pour y enfermer ses personnages ou se permettre des métaphores sexuelles, la plus célèbre étant la finale de North by Northwest. Et avec sa vague ressemblance à Eva Marie Saint, Vera Farmiga possède cette allure glaciale qui aurait plu au maître du suspense, présente ici de manière furtive pour offrir à Michael (Neeson) une proposition étonnante, et lucrative.

Car ce vendeur d’assurances vient tout juste d’apprendre son congédiement, et il croule sons les dettes. Cette mission, si d’aventure il l’accepte, consiste à découvrir l’identité d’un passager précieux pour ceux qui vont mener cet ancien policier par le bout du nez, le menaçant de s’en prendre à sa famille s’il n’accomplit pas sa tâche, ayant déjà mis la main sur quelques billets verts camouflés dans les toilettes d’un wagon.

La suite, tissée par trois scénaristes dont deux à leurs premières armes, étire jusqu’à l’excès un voyage démesurément long, reprenant aussi cette idée bien hitchcockienne sur l’art de tuer selon la forme du décor. Dans The Commuter, les portes coulissantes, les haches de secours et les barres verticales deviennent souvent les meilleurs alliés de cette marionnette virile téléguidée par des esprits corrompus. L’homme n’a d’ailleurs rien perdu de sa dextérité — Michael est un ancien policier, détail non négligeable —, plongeant ses ennemis dans l’embarras et les derniers passagers du train dans une admiration béate.

Ce qui s’annonçait comme un jeu quasi cérébral sur l’art de dénicher l’intrus dans la foule devient vite une autre course contre la montre, et un potentiel déraillement dans un déploiement contrôlé, et minimaliste, d’effets spéciaux. Là encore, au milieu de la ferraille tordue et des wagons catapultés loin des rails, la justice et les forces de l’ordre retrouvent leurs lettres de noblesse, tandis que le clan familial du héros un temps fragilisé se recompose dans une unité bienveillante. En cela, ce film qui file plus vite qu’un train Amtrak arrive bel et bien à destination, station « Petite-Morale-Prévisible ».

Dernier arrêt (V.F. de The Commuter)

★★ 1/2

Thriller de Jaume Collet-Serra. Avec Liam Neeson, Vera Farmiga, Patrick Wilson, Sam Neil. États-Unis, 2017, 106 minutes.