Le travail de Jean-Marc Vallée remarqué aux Gloden Globes

«Big Little Lies», réalisée par Jean-Marc Vallée, cumule six nominations, dont cinq pour l'interprétation.
Photo: Super Écran «Big Little Lies», réalisée par Jean-Marc Vallée, cumule six nominations, dont cinq pour l'interprétation.

Los Angeles — La série Big Little Lies, réalisée par le Québécois Jean-Marc Vallée, domine la liste des finalistes des Golden Globes pour les miniséries, avec six nominations, dont cinq pour l’interprétation.

Côté cinéma, c’est le plus récent film de Guillermo del Toro, La forme de l’eau (The Shape of Water), qui part bon premier avec sept nominations. Le film sort vendredi dans les salles nord-américaines.

Pour Big Little Lies, quatre actrices et un acteur dirigés par Jean-Marc Vallée sont en nomination : Nicole Kidman, Reese Witherspoon, Laura Dern, Shailene Woodley et Alexander Skarsgard. Le réalisateur, qui a été récompensé par un prix Emmy en septembre, n’est pas personnellement en nomination pour un Golden Globe, mais la télésérie est finaliste dans la catégorie meilleure minisérie (à durée limitée). La chaîne HBO a toutefois annoncé récemment une deuxième saison à Big Little Lies, ce qui fait que la série concourra désormais dans une autre catégorie.

D’autres séries qui étaient abonnées aux récompenses ont probablement souffert des allégations d’inconduites sexuelles visant leur vedette et le tout-puissant producteur Harvey Weinstein : ainsi en est-il de House of Cards et de Transparent.

La rivalité entre Bette Davis et Joan Crawford, relatée dans Feud : Bette and Joan, récolte quatre nominations, notamment pour les deux interprètes des rôles-titre, Susan Sarandon et Jessica Lange. Fargo 3, La servante écarlate et This Is Us sont trois fois finalistes.

Trois affiches

Au cinéma, plusieurs films suivent de près celui de Guillermo del Toro : The Post, de Steven Spielberg, sur les « Pentagon Papers », récolte six nominations, notamment pour ses vedettes Meryl Streep et Tom Hanks, tout comme Frances McDormand et Sam Rockwell dans Trois affiches tout près d’Ebbing, Missouri (six nominations aussi, dont une pour le réalisateur Martin McDonagh).

Christopher Plummer est quant à lui en nomination dans la catégorie du meilleur acteur de soutien pour son rôle dans Tout l’argent du monde (All the Money in the World), de Ridley Scott. Le grand acteur canadien y a remplacé au pied levé Kevin Spacey le mois dernier seulement, et le réalisateur a refait le montage pour « expurger » l’acteur déchu depuis des allégations d’inconduite sexuelle. Ridley Scott est finaliste pour le titre de meilleur réalisateur, et Michelle Williams pour celui de meilleure actrice.

Les finalistes pour le Golden Globe du meilleur film dramatique sont : Appelle-moi par ton nom, Dunkerque, The Post, The Shape of Water et Trois affiches… Les nominations pour la meilleure comédie ou comédie musicale sont : The Disaster Artist, Lady Bird, The Greatest Showman, I, Tonya (Harding) et Get Out — ce dernier film a étrangement atterri dans la catégorie « comédie ».

Si certains craignaient un nouveau raz-de-marée de « vedettes blanches », la sélection illustre cette année une relative diversité : Denzel Washington est en nomination pour Roman J. Israel, Esq., Mary J. Blige pour Mudbound, Hong Chau pour Downsizing (mais pas Matt Damon) et Octavia Spencer pour The Shape of Water — sur 30 acteurs et actrices finalistes. La catégorie « meilleur réalisateur » porte encore bien son nom cette année : l’apparition dans les pronostics de réalisatrices comme Greta Gerwig (Lady Bird), Patty Jenkins (Wonder Woman) et Dee Rees (Mudbound) n’y a rien changé. Le globe doré sera assurément remis à un homme : Spielberg, Del Toro, Nolan, McDonagh ou Scott.

Contenu canadien

Côté canadien, l’acteur torontois Eric McCormack est en lice dans la catégorie du meilleur acteur dans une comédie ou une comédie musicale pour son rôle dans Will and Grace, qui a repris du service cette année. Parvana, une enfance en Afghanistan, coproduction canadienne, est en nomination dans la catégorie du meilleur film d’animation — avec Coco, La passion Van Gogh, Le bébé boss et Ferdinand. Parvana, tiré d’un roman de l’écrivaine canadienne Deborah Ellis, raconte l’histoire d’une jeune Afghane qui se fait passer pour un garçon afin de subvenir aux besoins de sa famille, dans un pays sous la férule terrifiante des talibans. Le roman jeunesse était lui-même basé sur le récit d’une Afghane rencontrée par l’auteure dans un camp de réfugiés au Pakistan. Le film vient de prendre l’affiche en Amérique du Nord.

Les Golden Globes, remis par l’Association de la presse étrangère à Hollywood, seront décernés le 7 janvier. La soirée, souvent très distrayante, sera animée cette année par Seth Meyers, après Jimmy Fallon l’an dernier.

Le film «La forme de l’eau» récolte sept nominations

Le drame fantastique La forme de l’eau (The Shape of Water) mène les nominations aux Golden Globes avec sept citations, suivi par le thriller journalistique Pentagon Papers, le dernier Steven Spielberg, qui affiche six nominations, tout comme Trois affiches tout près d'Ebbing, Missouri (Three Billboards Outside Ebbing, Missouri).

 

Le film sur le passage à l’âge adulte d’une adolescente Lady Bird faisait aussi partie des titres avec le plus de citations (4) de même que Tout l’argent du monde (All the Money in the World), le dernier Ridley Scott, qui a dû être en partie retourné dans l’urgence à cause du scandale sexuel ayant frappé son interprète Kevin Spacey.