Jeune femme

Dévoilé à Cannes, Jeune femme a valu à Léonor Serraille la Caméra d’or. Portrait rêche d’un être qui attaque pour mieux se protéger, le film nécessite, ceci expliquant cela, un certain apprivoisement. Mise à la porte par son amoureux et larguée dans un Paris indifférent, Paula essaie de se refaire une vie, quitte à mentir, voire à se mentir. Peu à peu, sa personnalité se précise, souvent en faux avec des a priori placés comme autant de fausses pistes par Serraille, qui ne fait jamais de la protagoniste une victime. Paula piaffe, se bat et essaie, maladroitement, de communiquer. Le film est d’ailleurs bavard, emphatique dans son déballage d’émotions à vif, mais ne sombre jamais dans la vision clichée que l’on se fait parfois du cinéma français. On assiste plutôt à une double prise de parole : celle d’une héroïne atypique et celle de son auteure. Et chacune vaut qu’on tende l’oreille.

Notre critique complète

Horaire en salles

Jeune femme

★★★ 1/2

Étude de moeurs de Léonor Serraille. Avec Laetitia Dosch, Souleymane Seye Ndiaye, Grégoire Monsaingeon, Léonie Simaga, Nathalie Richard. France, 2017, 97 minutes.