«Suburbicon» — Cruelle vie de banlieue

 

Ce ne sont pas les frères Joel et Ethan Coen qui nous ont appris à quel point la banlieue et les villes de province ne sont tranquilles et idylliques qu’en apparence. Comme n’importe où ailleurs, elles grouillent de crapules et de salauds, mais ceux que l’on croise dans Fargo, No Country for Old Men ou Burn After Reading demeurent inoubliables.

Le scénario de Suburbicon accumulait la poussière depuis des années, et il a fallu un fidèle de leur faune, George Clooney, pour enfin lui donner vie. On reconnaît d’emblée la propension des premiers pour l’humour noir et les personnages truculents, et le second à sa minutie en toutes choses — à commencer par son aura de star —, ainsi que ses penchants politiques à gauche. Ils sont d’ailleurs symbolisés ici par l’absurde construction d’un mur autour de la maison d’une famille d’Afro-Américains dans une cité-dortoir où leur présence réveille les démons du racisme. Nous sommes en 1959, mais la clameur de l’intolérance nous semble étrangement familière.

La cruauté des antihéros des Coen se déploie dans cette tragicomédie où l’infidélité conjugale fait encore des ravages, et dans une ambiance qui évoque autant Alfred Hitchcock (Vertigo) que Billy Wilder (Double Indemnity). Dans ce paradis du bungalow, tout ressemble au parfait bonheur entre Gardner (Matt Damon), Rose (Julianne Moore), son épouse en fauteuil roulant, sa belle-soeur, Margaret (oui, encore Julianne Moore), et leur fils, Nicky (Noah Jupe). Jusqu’au jour où deux intrus les menacent, provoquant la mort de Rose, drame que l’on impute aux tensions raciales dans le voisinage.

Les doutes s’accumulent pourtant devant cette succession préfabriquée de malheureux hasards autour de cette famille éplorée. L’affaire prend alors une tournure de plus en plus sordide, mais toujours avec un sourire en coin, atteignant un sommet de cynisme suave lorsqu’un agent d’assurances, solidement campé par Oscar Isaac, cabotine à souhait pour mieux démasquer le couple diabolique que formeraient Gardner et Margaret. Pendant que la mécanique meurtrière se détraque, la banlieue proprette laisse exploser sa rage raciste, un phénomène exploré en surface, pour ne pas dire plaqué.

Clooney s’attarde avec affection à la figure du jeune Nicky, observateur silencieux, futé et sensible de la déliquescence des adultes, aussi bien témoin de leurs magouilles financières que de leurs curieuses parties de jambes en l’air (avec une raquette de ping-pong…). Il adopte souvent son regard naïf et attendri, une manière habile d’illustrer certains carnages à hauteur d’enfant, stimulant ainsi notre imagination.

Tout cela fait-il de Suburbicon une grande réussite de la comédie noire ? Chez Clooney comme chez les Coen, les oeuvres mineures jalonnent aussi le parcours, et cette charmante pochade banlieusarde, aussi soignée soit-elle, est à ranger dans cette catégorie.

Suburbicon (v.f. : Bienvenue à Suburbicon)

★★ 1/2

Drame policier de George Clooney. Avec Matt Damon, Julianne Moore, Noah Jupe, Oscar Isaac. États-Unis, 2017, 104 minutes.