Leclerc, le père par le fils

Justin Leyrolles-Bouchard interprète Félix Leclerc à 12 ans, tandis que Roy Dupuis joue le rôle de son père. Ici avec le cinéaste Francis Leclerc.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Justin Leyrolles-Bouchard interprète Félix Leclerc à 12 ans, tandis que Roy Dupuis joue le rôle de son père. Ici avec le cinéaste Francis Leclerc.

Le cinéaste Francis Leclerc propose, après notamment Une jeune fille à la fenêtre et Mémoires affectives, le film Pieds nus dans l’aube, qui relate un bout d’enfance bucolique de son père Félix Leclerc.

Au Festival de cinéma de la ville de Québec, c’était soirée de clôture mercredi avec le dévoilement en première mondiale du nouveau film de Francis Leclerc : Pieds nus dans l’aube. Ce long métrage, on l’attendait avec impatience. D’une part, parce que le doué cinéaste n’en avait pas offert depuis presque dix ans et, d’autre part, parce qu’il se trouve à adapter là le roman autobiographique de son père, Félix Leclerc. Oeuvre de majesté tranquille, Pieds nus dans l’aube épouse le point de vue d’un enfant.

Dire que Francis Leclerc a hésité avant de tourner ce film-là tient de l’euphémisme. « Vingt-cinq ans de réflexion, c’est long ? » lance-t-il en boutade.

« À 20 ans, je voulais faire du cinéma. Déjà à l’époque, je me disais que ce serait bien d’adapter un roman de mon père, Pieds nus dans l’aube ou Le fou de l’île. Mais ce n’était pas le moment. Il faut savoir que je me suis battu toute ma vie pour ne pas me servir de son nom, il était donc hors de question que j’adapte son oeuvre au moment de démarrer ma carrière. C’est comme un pacte que j’ai passé avec moi-même. Je me suis dit à 20 ans : vis ta vie, acquiers de l’expérience, et vois à 40 ans où tu en es. »

Ce qu’il fit.

Félix, 12 ans…

Entre-temps, Francis Leclerc s’illustra dans le court, puis le long métrage. Son premier film, le très beau Une jeune fille à la fenêtre, révéla Fanny Malette en musicienne cardiaque dans le Québec des années 1920. Pieds nus dans l’aube se déroule d’ailleurs durant la même période, mais loin de la grande ville, à La Tuque, alors village tout de nature entouré.

On y suit le quotidien de la famille Leclerc tel que perçu par le benjamin, Félix, 12 ans, un enfant observateur doté d’un bel esprit qui s’éveille à peine. Entre les découvertes de l’amitié, de l’amour et de la mort, Félix regarde vivre les adultes, à commencer par son père, Léo, un homme bon tenaillé par une faim insatiable de défrichage et d’aventure.

C’est au jeune Justin Leyrolles-Bouchard, qui fait là ses débuts, que le cinéaste a confié le rôle de son père.

« Il a un tel naturel. Dans la scène du problème mathématique, il regardait au loin et je me demandais pourquoi, puis j’ai compris qu’il réfléchissait pour vrai au problème. Surtout, il écoutait pour vrai. »

En se remémorant le tournage, Francis Leclerc sourit avec un mélange de contentement et d’incrédulité.

« Je n’en reviens pas de ma chance : j’avais des enfants, des chiens, des chevaux, plein de nature et seulement 25 jours de tournage. Ça aurait tellement pu mal se passer ! »

Pieds nus dans l’aube représente plusieurs années de travail. « Comme je le disais, je m’y suis mis à 40 ans. Je vais avoir 46 ans cette semaine. C’est long, faire un film. »

Long, et souvent frustrant, tout ce qui n’est pas blockbuster quittant désormais l’affiche presque aussitôt prise. Un cycle, pour les cinéastes d’ici, à recommencer tous les quatre ou cinq ans, pour qui a la chance d’obtenir du financement. Rongé par cette réalité crève-coeur, Francis Leclerc s’éloigna du grand écran, auquel il préféra ces dernières années le petit. Réalisant entre autres les séries Apparences, Marche à l’ombre et Les beaux malaises, il affirme avoir essayé de les rendre aussi cinématographiques que possible.
 

C’est dire que le cinéma ne le quitte jamais et il y revient irrésistiblement (il prépare une adaptation du roman Le plongeur, de Stéphane Larue). Jamais, toutefois, n’a-t-il fait œuvre si personnelle.

Coscénarisé par Fred Pellerin

Justement, est-ce pour cette raison, par crainte de manquer de distance, qu’il a sollicité la collaboration de Fred Pellerin au scénario ?

« Je n’aime pas travailler seul, explique Francis Leclerc. Et pour être honnête, je ne me trouve pas très bon pour les dialogues. Fred, ça lui vient naturellement. La scène du bal [où Félix et son meilleur ami Fidor inventent une vie de concertiste à ce dernier] était correcte telle que je l’avais écrite, mais pas vraiment drôle. Fred l’a reprise et a juste déplacé des répliques, peaufiné un peu, et là, c’est devenu super comique. »

Retrouvailles tous azimuts

Si Fred Pellerin est un nouveau venu dans l’univers de Francis Leclerc, il reste que Pieds nus dans l’aube fut, à maints égards, un projet de retrouvailles. Guy Thauvette, alias « mononcle » Richard, est un collaborateur assidu. Roy Dupuis, qui incarne le père de Félix, également.

« J’ai emballé le scénario et l’ai donné à Roy pour sa fête en lui disant que je voulais qu’il joue mon grand-père Léo, raconte Francis Leclerc, qui précise du même souffle avoir prénommé son fils Léo. Ça l’a ému […] J’ai transposé le rôle en pensant à Roy et j’ai construit la famille autour de lui. »

Le directeur photo Steve Asselin est un autre habitué des plateaux de Francis Leclerc. Tous deux composent encore, sans surprise, de superbes images.

L’âge de la sagesse

Des images au rendu plus naturel qu’à l’accoutumée, en cela que Leclerc et Asselin ont par le passé volontiers retravaillé la couleur en postproduction afin d’atteindre une beauté plastique accrue. Cette fois, forêts et rivières à flanc de montagne sont rendues sans retouche.

« Au début, on a joué avec la couleur, en désaturant un peu pour obtenir des pastels vieillis. Puis, c’est Steve qui a fait remarquer que c’était inutile, que ça revenait à magnifier ce qui est déjà magnifique. »

À ce stade, Francis Leclerc avait suffisamment « acquis d’expérience », avait suffisamment « vécu sa vie » pour savoir que c’était vrai.

Pieds nus dans l’aube prend l’affiche le 27 octobre.

François Lévesque est à Québec à l’invitation du FCVQ.