La Mostra s’ouvre avec le plus récent film d’Alexander Payne

Le réalisateur américain Alexander Payne sur le tapis rouge de la Mostra de Venise, mercredi
Photo: Domenico Stinellis Associated Press Le réalisateur américain Alexander Payne sur le tapis rouge de la Mostra de Venise, mercredi

Le Festival du film de Venise s’est ouvert mercredi avec la première de Downsizing, du réalisateur américain Alexander Payne.

Le film d’ouverture à Venise fait souvent des malheurs plus tard au cours de la saison des prix — pensons à Gravité ou La La Land, qui ont raflé les Oscars quelques mois après leur passage en ouverture à la Mostra.

Dans Downsizing, Alexander Payne mélange les genres : science-fiction, comédie romantique, satire politique, thriller apocalyptique. Le personnage principal, interprété par Matt Damon, tente de régler ses problèmes — et ceux de l’humanité — en… rétrécissant. La star américaine était à Venise mercredi, avec le réalisateur et les covedettes Kristen Wiig et Hong Chau.

Le film de Payne réunit plusieurs ingrédients qui risquent de plaire à un large auditoire — et aux électeurs des prix de cinéma : une vedette très populaire (Damon), de solides acteurs de soutien (Wiig et Christoph Waltz), et un scénario plein d’imagination qui mêle avec doigté compassion et humour.

En dépit de cette prémisse fantaisiste (un homme qui rétrécit), Payne estime que Downsizing n’est pas très différent des films qui l’ont fait connaître, comme Nebraska, Monsieur Schmidt, Les Descendants ou À la dérive. Payne pousse aussi la réflexion du côté de la science, en se demandant si elle pourrait sauver l’humanité.

Bel accueil critique

Le film a été en général bien reçu par la critique à Venise : le quotidien britannique The Guardian y a vu un film « alerte, tout en nuances, digressif », alors que le Hollywood Reporter parlait d’une oeuvre « amusante et captivante », « profondément humaine ».

On parle déjà de la performance de Hong Chau (la série télé Treme, Vice caché), qui interprète ici une ancienne prisonnière politique vietnamienne devenue femme de ménage.

Peu de place aux femmes

C’est l’actrice américaine Annette Bening qui préside le jury de cette 74e Mostra, le plus vieux festival de cinéma du monde. Le jury devra décerner ses Lions d’or parmi les 21 films en compétition qui seront présentés pendant onze jours sur l’île du Lido, devant la lagune.

Les organisateurs du festival ont été critiqués cette année pour l’absence de voix féminine dans la compétition officielle. Annette Bening, vedette de Beauté américaine, a répondu à la presse que les réalisatrices devraient combattre le sexisme dans l’industrie en faisant des films qui attirent le plus large auditoire possible, afin d’être reconnues comme telles.

Le seul film en compétition qui a été réalisé par une femme est celui de la Chinoise Vivian Qu, Angels Wear White. La réalisatrice était membre du jury « première oeuvre » à Venise en 2014.

Annette Bening admet que « la route vers l’équité est longue », mais elle estime que les choses changent pour le mieux. « Nous, les femmes, devons être très futées et créatives sur ce que nous décidons de faire. »

Le directeur de la Mostra, Alberto Barbera, a défendu la sélection de cette année, rejetant la faute à une industrie qui demeure « très sexiste ». Il ne souhaite pas, par contre, adopter des quotas, « parce qu’au final, ni les femmes ni les films en sortiraient gagnants ».

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.