L'adaptation de «La petite fille qui aimait trop les allumettes» en primeur au Festival de Toronto

Le réalisateur Simon Lavoie avait remporté l’an dernier au TIFF le prix du meilleur film canadien.
Photo: Simon Lavoie Le réalisateur Simon Lavoie avait remporté l’an dernier au TIFF le prix du meilleur film canadien.

L’adaptation au cinéma du roman La petite fille qui aimait trop les allumettes, de Gaétan Soucy, sera présentée en première mondiale au Festival international du film de Toronto (TIFF) en septembre.

Son réalisateur, Simon Lavoie, avait remporté l’an dernier au TIFF le prix du meilleur film canadien pour Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau — coréalisé avec Mathieu Denis, tout comme leur Laurentie en 2011.

Simon Lavoie avait déjà « adapté librement » pour le grand écran une nouvelle d’Anne Hébert pour réaliser Le torrent (2012). Le roman de Gaétan Soucy avait paru en 1998 et avait connu beaucoup de succès ; l’écrivain est décédé subitement en juillet 2013 à l’âge de 54 ans.

Le film, qui sortira en salle le 3 novembre, met en vedette la jeune Marine Johnson dans le rôle de la petite fille en question, entourée d’Antoine L’Écuyer, de Jean-François Casabonne, d’Alex Godbout et de Laurie Babin-Fortin.

Le TIFF a aussi annoncé que le réalisateur québécois Kim Nguyen présentera son plus récent film, Eye on Juliet, tourné au Québec et au Maroc avec l’acteur britannique Joe Cole. Robin Aubert présentera aussi son plus récent film, Les affamés, avec Marc-André Grondin.

La documentariste abénaquise Alanis Obomsawin viendra par ailleurs présenter à Toronto son nouveau film, On ne peut pas faire deux fois la même erreur, sur les soins à l’enfance au sein des nations autochtones et la victoire juridique remportée en 2016.

Denis Côté sera lui aussi en lice pour le prix du meilleur film canadien avec Ta peau si lisse, un film-essai sur le rapport qu’entretiennent les culturistes avec leur santé générale. Le film, qui a été seulement présenté dans le cadre de « projections événementielles », en présence du réalisateur, avait été programmé au dernier festival de Locarno, en Suisse, où Denis Côté a toujours une place de choix.

Trois courts de l’ONF

Par ailleurs, on a appris mercredi que le court métrage Pré-Drink, du réalisateur québécois Marc-Antoine Lemire, sera présenté en première mondiale au TIFF et qu’il est en lice pour le prix du meilleur court métrage canadien.

Trois courts métrages de l’ONF seront présentés dans la section Short Cuts. Il s’agit de Charles de Dominic Étienne Simard, de Rubans de Torill Kove et de Tesla : lumière mondiale de Matthew Rankin.

L’« affiche canadienne » du TIFF annoncée mercredi comprend aussi l’adaptation qu’a tirée l’actrice Sarah Polley du roman de Margaret Atwood Captive (Alias Grace), réalisée pour CBC et pour la plateforme Netflix. Après La servante écarlate d’Atwood sur la chaîne Bravo, la minisérie Alias Grace sera présentée à compter du 25 septembre à la télévision anglaise de Radio-Canada.

Les organisateurs du TIFF s’enorgueillissent par ailleurs que près du tiers des longs métrages canadiens présentés cette année à Toronto sont des « premières oeuvres ».

Le TIFF s’ouvrira le 7 septembre avec le biofilm Borg/McEnroe, mettant en vedette Shia LaBeouf.