Fantasia, pour tous les goûts

«Un problème d’infiltration», le nouveau film de Robert Morin, dans lequel Christian Bégin incarne un chirurgien esthétique en proie à une grave crise existentielle, sera présenté durant le festival.
Photo: Fantasia «Un problème d’infiltration», le nouveau film de Robert Morin, dans lequel Christian Bégin incarne un chirurgien esthétique en proie à une grave crise existentielle, sera présenté durant le festival.

Fidèle à sa nature, Fantasia a concocté pour les amoureux du cinéma de genre, de films audacieux et d’oeuvres inclassables une riche programmation. Plus tôt le mois dernier, le populaire festival avait déjà mis l’eau à la bouche de ses nombreux fidèles en annonçant quelques beaux fleurons de sa programmation : le très attendu space opera de Luc Besson, Valérian et la cité des mille planètes ; le film d’ouverture The Villainess, de Jung Byung-gil, qui a fait belle figure à Cannes et qui devrait plaire aux fans de Nikita et de Kill Bill ; Tom of Finland, de Dome Karukoski, qui s’intéresse à l’illustrateur Touko Laaksonen ; et Game of Death, de Sébastien Landry et Laurence « Baz » Morais, qui s’est illustré à SXSW.

Pour sa 21e édition, Fantasia propose, du 13 juillet au 2 août, plus de 150 longs métrages et quelque 300 courts métrages. Parmi les incontournables, mentionnons Good Time, des frères Safdie, qui a créé l’émoi à Cannes (six minutes d’ovation !), où Robert Pattinson, qui a fait bien du chemin depuis la franchise Twilight, incarne un cambrioleur de banques.

Lauréat de l’Ours d’argent à la dernière Berlinale, Spoor, d’Agnieszka Holland, met en scène une vieille dame qui prétend connaître l’auteur de nombreux meurtres mystérieux : le hic, c’est que personne ne la croit. Certainement l’un des réalisateurs les plus prolifiques et imaginatifs, Takashi Miike signe son 101e film en carrière, JoJo’s Bizarre Adventure : Diamond is Unbreakable.

Grand prix du jury pour le meilleur film narratif à SXSW, Most Beautiful Island, d’Ana Asensio, relate une journée dans la vie d’une immigrante sans papiers à New York. Du réalisateur de Deadpool 2,David Leitch, Atomic Blonde, qui met en scène Charlize Theron, John Goodman, Til Schweiger et Sofia Boutella, devrait en mettre plein la vue.

Fantasia présente en guise de film de clôture le drame historique A Taxi Driver, de Jang Hoon, lequel relate un fait méconnu, les manifestations étudiantes ayant tourné en bain de sang sous les ordres du dictateur Chun Doo-hwan à Gwangju, en Corée du Sud, le 18 mai 1980.

Le retour du grand Robert

En 2013, les festivaliers avaient réservé un accueil chaleureux au film Les 4 soldats de Robert Morin — à tel point que le cinéaste avait révélé s’être senti comme Mick Jagger. Parions que ceux-ci réserveront aussi une belle réception à Problème d’infiltration, où Christian Bégin, dans un registre auquel il nous a peu habitués, incarne un chirurgien esthétique en proie à une grave crise existentielle.

Un week-end, c’est bien, mais trois, c’est encore mieux ! Afin de souligner le 10e anniversaire du Fantastique week-end du cinéma québécois, celui-ci se déclinera en trois temps. Du coup, on y présentera quinze longs métrages, soit un nombre record, parmi lesquels Radius, film de science-fiction de Caroline Labrèche et Steeve Léonard, le tandem à qui l’on doit la charmante comédie romantique décalée Sans dessein.

L’honneur d’ouvrir les festivités revient à l’excellent court métrage de Stéphane Lapointe No Wave, l’un des 100 films figurant dans les sept programmes de courts métrages des week-ends fantastiques, qui sera projeté avant The Villainess.

Des événements gratuits pour tous

Comme le soulignait le réalisateur Sébastien Diaz à la conférence de presse, après Cannes, le Web s’amène à Fantasia. C’est ainsi que ceux qui ne l’auront pas vue sur Tou.tv pourront découvrir gratuitement en projection publique l’intégrale de la série eb Terreur 404 de l’animateur télé et fin connaisseur du cinéma d’horreur, d’après des scénarios de Samuel Archibald et de William H. Messier. La série devrait plaire à ceux qui ont aimé Twilight Zone, Bizarre, bizarre et Alfred Hitchcock présente.

Parmi les autres sorties familiales et projections gratuites, notons la présentation de la version restaurée du premier film culte québécois, La petite Aurore, l’enfant martyre de Jean-Yves Bigras. L’actrice qui incarnait Aurore dans ce film de 1952, Yvonne Laflamme, sera de la partie.