Été cinéphile à la Cinémathèque

Le directeur photo Bert Glennon (à gauche) aux côtés du réalisateur John Ford sur le plateau de tournage de Stagecoach
Photo: Wikimedia Le directeur photo Bert Glennon (à gauche) aux côtés du réalisateur John Ford sur le plateau de tournage de Stagecoach

Revoir ou découvrir un film d’un cinéaste majeur entraîne souvent, chez le cinéphile, un désir irrépressible de se plonger davantage dans son oeuvre. Or, les rétrospectives ne sont pas légion, et des cinéastes importants, il y en a beaucoup. Avec son cycle 20x5, la Cinémathèque québécoise arrive à un compromis des plus séduisants. De fait, du 1er juillet au 31 août, vingt cinéastes de premier plan seront à l’honneur, avec pour chacun cinq films extraits de leurs filmographies respectives.

« On a constaté que, lorsqu’on présente des classiques, qui parfois nous excitent moins parmi les programmateurs parce qu’on les a vus et revus, on fait toujours de très bonnes salles. Ça, c’est parce que le public se renouvelle », explique Marcel Jean, directeur général de la Cinémathèque.

Photo: Archives Agence France-Presse Luis Buñuel

« On s’est donc dit : pourquoi ne pas faire un cycle d’été qui ne réunirait que des grands cinéastes ? Pour se demander ensuite lesquels, et en privilégiant quelle formule. Les cent films qu’il faut avoir vus ? Puis, j’ai repensé à une conversation avec François Poitras, fondateur de la défunte Boîte noire. Il m’avait alors expliqué que, souvent, les gens qui voulaient découvrir des cinéastes connus ne savaient pas par quels films commencer. Bref, l’idée de retenir cinq films, des très connus mais aussi des moins connus, de grands cinéastes, s’est imposée comme ça. »

Évidemment, dès lors qu’il y a sélection, il y a matière à débat. Il faut à cet égard savoir que les cycles estivaux, comme le cycle érotique en 2016, visent d’abord à faire connaître la collection de la Cinémathèque.

Photo: Michael Ioccisano Agence France-Presse Milos Forman

« On essaie de bâtir autour des acquis de la collection. Ça coûte cher, l’entreposage et la conservation des films, et on veut que les gens se rendent compte, avec de tels événements, qu’une cinémathèque, c’est une richesse. »

Défileront ainsi les Dreyer, Truffaut, Fellini, Renoir, Godard, Polanski, von Trier, de Oliveira, Buñuel, Forman, Tavernier, Chaplin…

Une femme (immense)

Marcel Jean précise aussi que certaines omissions sont circonstancielles. On a d’emblée voulu miser sur des cinéastes n’ayant pas fait l’objet d’une rétrospective récente, comme Bresson et Antonioni, ou prochaine. Par exemple, Ingmar Bergman fut retiré en cours de processus lorsqu’on se rendit compte qu’on célébrerait son centenaire en 2018. On en est depuis en train de planifier « quelque chose de gros », dixit Marcel Jean.

Photo: Anne-Christine Poujoulat AFP Agnès Varda

« On a aussi d’office éliminé les cinéastes encore jeunes. C’est pour ça qu’une cinéaste comme Andrea Arnold, dont on sait déjà qu’elle est majeure avec à son actif cinq films pile, n’est pas là. À l’inverse, on voulait inclure Jane Campion, dont on possède peu de films, mais faire venir les copies 35 mm coûtait une fortune. »

À terme, la vénérable Agnès Varda est la seule femme qui figure sur la liste.

« La formule du cycle ne se prêtait pas à revenir sur des pionnières comme Alice Guy, ayant travaillé dans les formats courts. On se fait toutefois un point d’honneur de consacrer des rétrospectives aux grandes femmes cinéastes d’ici, comme Alanis Obomsawin ou Sylvie Groulx, récemment. »

Parallèles, affinités et contrastes

Non contents d’avoir isolé cent films, les programmateurs se sont par la suite amusés à trouver des parallèles, évidents ou subliminaux, entre les cinéastes.

« Je trouvais intéressant de pouvoir placer Truffaut et Jutra assez proches l’un de l’autre, à cause de cette amitié qui les unissait ; certaines parentés stylistiques et thématiques… Ça me semblait important de faire en sorte que les films dialoguent entre eux. »

D’où la pertinence de projeter Stagecoach [La chevauchée fantastique], de John Ford, qui représente la quintessence du western de l’âge d’or hollywoodien, en opposition avec Buffalo Bill and the Indians or Sitting Bull’s History Lesson, de Robert Altman, qui lui déconstruit le western en plein Nouvel Hollywood.

Ce faisant, le cycle 20x5 s’adresse autant aux cinéphiles néophytes, avec sa formule accessible, qu’aguerris, avec ces jeux de correspondances et de contrastes.

Un banquet cinéphile

À noter que, lors de la soirée de lancement le 27 juin, on présentera cinq courts métrages ayant valeur d’introduction à certains cinéastes, comme Une histoire d’eau, que Truffaut tourna pendant les inondations de Paris puis que Godard monta ensuite.

« Il y aura aussi des cocktails thématiques créés spécifiquement pour évoquer les univers de cinéastes choisis. On veut que ça reste ludique. Le cycle complet, c’est comme un énorme banquet cinéphile », conclut Marcel Jean.

Liste des films présentés

Jean-Luc Godard À bout de souffle, Les Carabiniers, Sauve qui peut (la vie), Passion, Je vous salue Marie

Jean Renoir Le Crime de Monsieur Lange, Les Bas-fonds, La Règle du jeu, Partie de campagne, Le Carrosse d'or

Agnès Varda Cléo de 5 à 7, Mur murs, Les Cent et une nuits de Simon Cinéma, Les Plages d'Agnès, L'une chante, l'autre pas

Luis Buñuel L'Âge d'or, Viridiana, L'Ange exterminateur (El Ángel exterminador), Le Charme discret de la bourgeoisie, Belle de jour

Carl Theodor Dreyer La Passion de Jeanne d'Arc, Jour de colère (Vredens dag), Gertrud, Vampyr, Ordet

Atom Egoyan Next of Kin, Family Viewing, The Sweet Hereafter, L'Expert en sinistre (The Adjuster), Les Figurants (Speaking Parts)

Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne La Promesse, Le Fils, Rosetta, Le Silence de Lorna, Le Gamin à vélo

Bertrand Tavernier Que la fête commence..., L.627, Ça commence aujourd'hui, Mississippi Blues, La Fille de d'Artagnan

Nanni Moretti Dear Diary (Caro diario), Aprile, La Chambre du fils (La Stanza del figlio), Le Caïman (Il caïmano), Nous avons un pape (Habemus Papam)

Manoel de Oliveira Belle toujours, Val Abraham (Vale Abraão), Je rentre à la maison, Mon cas, Visite ou Mémoires et Confessions (Visita ou Memórias e Confissões)

Milos Forman The Firemen's Ball (Horí, má panenko), The Loves of a Blonde (Lásky jedné plavovlásky), Vol au-dessus d'un nid de coucou (One Flew Over the Cuckoo's Nest), Goya et ses fantômes (Goya's Ghosts), Ragtime

Federico Fellini Le Sheik blanc (Lo sceicco bianco), Amarcord, The City of Women (La Città delle donne), And the Ship Sails On (E la nave va), Intervista

Roman Polanski Le Couteau dans l'eau (Nóz w wodzie), Rosemary's Baby, Bitter Moon, The Ghost Writer, The Ninth Gate

Lars von Trier The Element of crime (Forbrydelsens element), Europa, Le direktør (Direktøren for det hele), Danser dans le noir (Dancer In the Dark), Breaking the Waves

François Truffaut Les 400 coups, La Peau douce, Les Deux Anglaises et le continent, Le Dernier Métro, Vivement dimanche !

Claude Jutra À tout prendre, Comment savoir..., Mon oncle Antoine, Pour le meilleur et pour le pire, La Dame en couleurs

Charlie Chaplin The Gold Rush, Les Temps modernes (Modern Times), Le Dictateur (The Great Dictator), Monsieur Verdoux, The Circus

Robert Altman Nashville, M.A.S.H., Buffalo Bill and the Indians or Sitting Bull's History Lesson, Short Cuts, La Mélodie des prairies (A Prairie Home Companion)

John Ford Stagecoach, Young Mr. Lincoln, The Grapes of Wrath, La Poursuite infernale (My Darling Clementine), L'Homme tranquille (Quiet Man)


À voir en vidéo