«David Lynch: The Art Life»: facettes d’un poète de l’écran

Photo: TVA Films

Ce documentaire, aux 25 entretiens étalés sur trois ans, lève le voile sur les années de jeunesse de David Lynch, cinéaste américain culte au profil et aux films nimbés de mystères. Le poète de l’écran derrière des films comme Mulholland Drive, Dune, Twin Peaks et Elephant Man est surtout capté à travers son oeuvre de peintre aux collages dadaïstes d’une grande puissance.

Son enfance auprès de bons parents, entre le Montana, l’Idaho, la Virginie et autres États peut paraître sans histoire, mais l’adolescence, sur haine de l’école, dérives quasi délinquantes et vocation de peintre, refuse tout compromis. Son saut au cinéma se fera à travers la photo et l’animation, jusqu’à lui valoir une bourse de l’American Film Institute qui changera sa vie.

On aurait souhaité que David Lynch, adepte de la médiation transcendantale, engagé socialement, dépasse davantage le cadre de l’anecdote pour livrer sa psyché dans ce documentaire réalisé à six mains par Jon Nguyen, Rick Barnes et Olivia Neergaard-Holm. Mais son âme, si ardente dans ses toiles et ses films, nous échappe encore.

David Lynch : The Art Life

★★★

États-Unis, 2016, 90 minutes. Documentaire de Jon Nguyen, Rick Barnes, Olivia Neergaard-Holm.