Roy et Gagné retournent à Cannes

Une scène tirée du court métrage «Crème de menthe»
Photo: La boîte de pick-up Une scène tirée du court métrage «Crème de menthe»

Le court métrage musical Bleu tonnerre leur avait valu une invitation à la Quinzaine des réalisateurs en 2015. Rebelote en 2017 pour Jean-Marc E. Roy et Philippe David Gagné, dont le plus récent court, intitulé Crème de menthe, aura sa première mondiale dans la même section au mois de mai, a appris Le Devoir.

Tourné à Jonquière au mois d’octobre 2016, Crème de menthe relate le retour au bercail difficile de Renée, une vingtenaire qui, après le décès de son père, vient assister aux funérailles de ce dernier pour ensuite mettre de l’ordre dans ses affaires. La protagoniste n’est pas au bout de ses peines, puisque le défunt était de son vivant un « hoarder », c’est-à-dire qu’il amassait compulsivement les babioles les plus diverses. Le hic ? « On l’informe à l’enterrement qu’elle ne dispose que de dix jours pour vider la maison », explique Jean-Marc E. Roy.

« C’est une comédie dramatique, avec accent sur le drame. Charlotte Aubin incarne Renée, un personnage par lequel s’exprime beaucoup d’humour noir. Elle est en réaction à tout ça ; elle a emmagasiné pas mal de colère », précise Philippe David Gagné. Les répliques cinglantes abondent, d’enchaîner son complice de longue date.

En effet, les deux cinéastes collaborent depuis 2008 et ont déjà à leur actif trois séries documentaires, dont une quatrième en production, ainsi que neuf courts métrages. Le tout produit par leur société La Boîte de pickup, basée à Alma.

Une couleur à eux

C’est d’ailleurs dans ledit véhicule qu’ils se trouvaient lorsqu’ils ont appris l’heureuse nouvelle.

« C’était vendredi [le 14 avril], à quelques jours de la fête de Jean-Marc, relate Philippe David Gagné. On était sur la route pour un tournage et, comme on s’attendait à un verdict en début de semaine, on tenait pour acquis à ce stade qu’on n’avait pas été retenus. Puis, j’ai reçu un courriel et j’ai dit à Jean-Marc de se garer sur le bord de la route. Lui pensait que je voulais prendre le volant pour l’amener à son party-surprise. On était vraiment contents. »

Outre qu’elle ne nuira pas à leurs autres projets, dont un long métrage embryonnaire, cette deuxième sélection cannoise constitue, selon les partenaires, une confirmation qu’ils ont quelque chose d’unique à offrir en fusionnant leurs sensibilités artistiques. « Le fait de retourner à Cannes avec un film réalisé en duo, ça nous prouve à nous-mêmes que ce n’est pas de la chance ; qu’on a une couleur à nous, qui est intéressante, quand on travaille ensemble », résume Jean-Marc E. Roy.

Et de trois

À signaler que les « décors » impressionnants de Crème de menthe ont été créés, et empilés, par Serge Potvin, assisté de Sophie Châteauvert. La direction photo a quant à elle été conçue par Olivier Gossot, qui en sera à sa troisième présence consécutive à Cannes après Bleu tonnerre, en 2015, et Oh What a Wonderful Feeling, de François Jaros, en 2016.

On notera, enfin, que sur les milliers de courts métrages soumis, seuls dix ont été retenus par les programmateurs de la Quinzaine. Le Festival de Cannes se déroulera du 17 au 28 mai.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.