Zhu Xiao-mei: How Bach Defeated Mao, Peter Smazny

Pourquoi cette femme me bouleverse-t-elle autant ? Zhu Xiao-mei est la voix de Bach que personne n’attendait. Une femme née en 1949 à Shanghai, l’année de l’accession de Mao au pouvoir. Une femme qui a forgé sa volonté, son insécurité quasi maladive et sa foi en la musique dans les camps de rééducation que le grand timonier instaura pour dompter l’élite intellectuelle et économique de la Chine. Il y a le livre, incontournable, La rivière et son secret. Il y a eu un premier documentaire, Le retour est le mouvement du Tao, de Michel Mollard (vu au FIFA 2015), sur la rencontre entre Bach et la philosophie de Lao-Tseu. Comment Bach a vaincu Mao prend comme prétexte le retour, après 35 ans, de Zhu Xiao-mei en Chine, mais dévie sur un autre portrait de la pianiste. On aurait aimé en savoir et en voir davantage sur l’alchimie de la rencontre de ces deux mondes ; la sagesse de la rescapée et la jeunesse chinoise bouillonnante. Les souvenirs douloureux de Zhu Xiao-mei, tel celui du suicide, à 29 ans, de sa consoeur admirée Gu Shengying, montrent que la victoire de Bach est aussi la victoire de cette Grande Dame et de la résilience à tout prix. Le 24 mars à 20 h 45 au Musée des beaux-arts, et le dimanche 2 avril à 12 h 30 à l’UQAM.

Zhu Xiao-mei: How Bach Defeated Mao

Allemagne, 2016, 58 minutes. Réalisation: Peter Smaczny.