Une année charnière pour le festival Regard

Cette édition charnière du festival sera la toute première du comédien, réalisateur et auteur-compositeur-interprète Émile Proulx-Cloutier, porte-parole cette année.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Cette édition charnière du festival sera la toute première du comédien, réalisateur et auteur-compositeur-interprète Émile Proulx-Cloutier, porte-parole cette année.

C’est une grosse édition, la 21e, qui s’annonce pour le festival Regard du 15 au 19 mars. En effet, après des années de croissance, et fort d’un rayonnement de plus en plus grand, l’événement de Saguenay dévolu exclusivement au court métrage sera désormais reconnu par les Oscar et par la Fédération internationale de la presse cinématographique, qui y remettra un prix FIPRESCI.

« Cette qualification pour les Oscar, qui signifie que les lauréats nationaux et internationaux de Regard pourront être considérés [par l’Académie], et la présence dorénavant d’un jury FIPRESCI, pour nous, c’est un peu notre année tapis rouge vers la scène internationale. Tout prend son sens », s’est réjouie la directrice générale de Regard, premier festival de court métrage en Amérique du Nord à être choisi de la sorte par la Fédération internationale de la presse cinématographique.

Cette édition charnière sera en l’occurrence la toute première du comédien, réalisateur et auteur-compositeur-interprète Émile Proulx-Cloutier, porte-parole cette année.

« J’ai une longue histoire de rendez-vous manqués avec Regard […] J’ai très hâte d’être là pour me rafraîchir le regard — le nom est bien choisi. Je vais me retrouver devant la crème de la crème du court ; une sélection de fins gourmets. Ils vont me faire goûter des trucs que je n’aurais jamais goûtés ailleurs. Ils vont m’obliger à aller là où je ne serais peut-être pas allé par moi-même. Dans une seule séance, visiter des dizaines de démarches et d’univers différents : il n’y a que le court métrage qui puisse offrir ça », a conclu Émile Proulx-Cloutier, qui pour ce baptême ne fera pas les choses à moitié.

C’est ainsi qu’à l’issue de la soirée d’ouverture, il donnera un spectacle inédit des plus prometteurs : un assemblage de courts métrages et de chansons (non endisquées !) ayant en commun de raconter des histoires complètes en moins de quatre ou cinq minutes.

Vaste panorama

En tout, 159 films seront présentés en sélection officielle, ceux-ci provenant de plus d’une trentaine de pays. Outre les blocs compétitifs, des sections thématiques, comme Art et essai, Films de genre, Cinéma engagé, Vidéo-poésie ou encore Documentaire viendront élargir le panorama. On pourra également voir des sélections d’oeuvres de la Corée du Sud, pays à l’honneur cette année.

Le jury professionnel sera varié et relevé, avec l’actrice Céline Bonnier, l’acteur Stéphane Crête, l’écrivain Samuel Archibald, la documentariste Ina Pira et le cinéaste David Uloth, qui fera par ailleurs l’objet d’une rétrospective.

À ce propos, et fidèle à ses habitudes, Regard proposera une foule d’activités spéciales en marge des projections : tables rondes, grands entretiens, ateliers et expositions.

En compagnie d’Alexa-Jeanne Dubé, Guillaume Cyr, Fanny Mallette, Mara Joly et Pierre Niney, Émile Proulx-Cloutier participera à l’une d’elles : L’acteur-réalisateur, une projection de films de comédiens-cinéastes suivie d’une discussion sur « ce que ça donne de savoir jouer quand tu réalises », dixit le porte-parole.

Quant à la collègue Manon Dumais, elle animera En conversation avec Marc-André Grondin, un tête-à-tête avec la vedette de C.R.A.Z.Y., Goon et bientôt Les affamés.

On en reparlera, puisqu’on y sera.

À voir en vidéo