Le bon gars de Boston

L’acteur-réalisateur Ben Affleck
Photo: Warner Bros. L’acteur-réalisateur Ben Affleck

Pour son quatrième film à titre de réalisateur, Ben Affleck a jeté une deuxième fois son dévolu sur un roman de Dennis Lehane (Gone Baby Gone), ce qui lui permet de revisiter son Boston natal. Cette fois, il le fait au temps de la Prohibition, au gré d’une intrigue touffue qui mènera Ils vivent la nuit des rues sombres de Boston aux endroits chauds de Tampa. D’une grande élégance avec ses costumes crème bien coupés, l’acteur-réalisateur y incarne un vétéran de la Première Guerre mondiale et fils d’un policier (Brendan Gleeson), qui aura la mauvaise idée d’entamer une liaison avec la maîtresse (Sienna Miller) du chef de la mafia irlandaise (Robert Glenister). Après un séjour en prison, il rejoindra les rangs de la mafia italienne. Le chef (Remo Girone) l’enverra alors à Tampa s’occuper du trafic de rhum cubain.

Outre la fâcheuse idée qu’il a eue de s’attribuer le rôle principal, lequel avait d’abord été offert à Leonardo DiCaprio, Affleck alourdit le tout en narrant la chose avec mollesse. Bavard et ambitieux, son film de gangsters a certes de la gueule avec sa direction artistique soignée, sa reconstitution d’époque crédible et sa lumière crépusculaire. On sent bien derrière ce souci esthétique un réel intérêt pour le genre. Hélas ! N’est pas Coppola ou Scorsese qui veut.

Rarement croit-on à ce héros romantique évoluant dans ce monde violent où les femmes, fatales ou vertueuses, paraissent accessoires. Bien qu’elles soient au coeur de l’intrigue, les protagonistes féminines passent en courant d’air, tant la garce qu’incarne avec aplomb Miller, la jeune fille déchue d’Elle Fanning que l’importatrice de rhum de Zoe Saldana. Hormis Chris Cooper en chef de police de Tampa et Chris Messina en fidèle allié d’Affleck, qui apportent respectivement humanité et couleur à l’ensemble, les personnages masculins ne font figure que de brutes épaisses assoiffées de pouvoir. On repassera pour la subtilité.

Alors qu’il jongle laborieusement avec des sous-intrigues incluant le Ku Klux Klan et la construction d’un casino, Affleck exploite avec beaucoup moins de succès que dans The Town la trahison, la vengeance et la rédemption. L’essence du roman de Lehane lui aurait-elle échappé ?

Ils vivent la nuit (V.F. de Live by Night)

★★ 1/2

Drame de moeurs de Ben Affleck. Avec Ben Affleck, Chris Messina, Brendan Gleeson, Sienna Miller, Zoe Saldana, Elle Fanning, Chris Cooper, Remo Girone et Robert Glenister. États-Unis, 2016, 128 minutes.