Le Festival des films sur l'art, une 22e édition incontournable

Dirigé d'une édition à l'autre par son fondateur, René Rozon, le Festival des films sur l'art en est à sa 22e édition et s'inscrit de plus en plus sur la liste des rendez-vous incontournables de septième art. Du 11 au 21 mars, dans huit salles du centre-ville, 240 films en provenance de 30 pays seront présentés avec, pour visiteurs, un plus grand nombre de créateurs que d'habitude.

Inauguré le 11 mars avec The Life And Times Of Count Luchino Visconti, d'Adam Low, sur l'univers du cinéaste du Guépard, le FIFA se clôturera le 21 mars avec Cocteau et compagnie, de Jean-Paul Fargier, donnant la parole aux amis de Cocteau, Coco Chanel, Jean Marais, Stravinski, Picasso, etc.

Ce 22e FIFA est dédié à la mémoire de la comédienne québécoise Suzanne Cloutier, récemment décédée. Tout un volet sera consacré à la Desdémone d'Orson Welles à travers une version restaurée d'Othello mais aussi grâce au documentaire que François Girard a consacré à Suzanne Cloutier.

Présidé par le grand commissaire français de la photo Jean-Luc Monterosso, le jury réunit l'homme de scène Stéphane Crête, la comédienne Monique Mercure, l'éditeur italien de La Repubblica, Mario Serenellini, et la réalisatrice Pavla Ustinov, fille de Suzanne Cloutier. Ils auront à faire des choix parmi 50 oeuvres dont Elgar - Fantasy On A Composer On A Bicycle, de Ken Russell, La Délivrance de Tolstoï de Frédéric Mitterand, Imagine Imagine du Britannique Frederick Baker, qui décortique l'impact de la chanson de Lennon. Des réalisateurs québécois participent à cette compétition: on y retrouve notamment Bernar Hébert avec Esquisses sur le monde, explorant la démarche du peintre Stanley Cosgrove, et Sables émouvants, de Philippe Baylaucq, qui aborde l'île de Sable au large de la Nouvelle-Écosse et les photos qu'en a tirées Trixie Bouteillier. Esther Pelletier, de son côté, nous propose Sur les pas de René Richard.

Côté hommage, c'est l'artiste d'avant-garde multidisciplinaire américain Robert Wilson, homme de théâtre et d'opéra oeuvrant aussi dans le champ de la télé et de la vidéo, qui aura droit au coup de chapeau du festival. Avec Lumières du nord, une rétrospective des films scandinaves modernes est orchestrée. Une table ronde abordera ainsi l'art et la culture dans ces contrées nordiques. Par ailleurs, le festival soulignera le centième anniversaire de l'homme de théâtre Witold Gombrowicz à travers le film que lui a consacré Andrezj Wolski. Tous les secteurs artistiques seront représentés. Des oeuvres aborderont le parcours du danseur Noureïev comme des écrivains Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Place aussi à des regards sur la peinture de Léonard de Vinci, Matisse, Chagall et Gauguin. Notre homme de théâtre Guy Hoffmann renaîtra à la caméra. La section sur le cinéma se révèle particulièrement développée. Des oeuvres sont consacrées à des maîtres comme l'Iranien Abbas Kiarostami, le Britannique Mike Leigh ou l'Américain Elia Kazan. Ici, Jean-Pierre Lefebvre consacre un documentaire à son ami Michel Moreau, atteint de la maladie d'Alzheimer. Quant à Éric Tessier, avec Onze ans de couleurs, il suit le parcours de Simon Goulet et de sa ciné-peinture Oïo.

Le 22e FIFA se déploiera dans huit salles: le Centre canadien d'architecture, le Cinéma de l'ONF, la Cinémathèque québécoise, le Goethe-Institut, le Musée d'art contemporain, le Musée des beaux-arts, le Musée McCord et la Place des Arts.
1 commentaire
  • Louise Mathieu - Abonnée 25 février 2004 09 h 38

    Et Québec?

    Est-ce qu'il y aura aussi un mini-festival à Québec comme c'était le cas ces dernière années?