Une satire sociale aux allures de farce

Romain Duris joue Jacques, un atypique tueur à gages.
Photo: AZ Films Romain Duris joue Jacques, un atypique tueur à gages.

Dernier film de Pascal Chaumeil (L’arnacoeur), disparu à l’étape de la postproduction, Un petit boulot est une comédie sociale noire française à la belge (tournée dans le plat pays), scénarisée par Michel Blanc, mais adaptée d’un roman de l’Américain Iain Levison.

De ses influences multiples comme de ses genres entrelacés, il ressort un produit hybride dont la cadence et le ton ne sont pas toujours au point, mais qui, par ses côtés absurdes, casse le moule des productions françaises, d’ordinaire plus cartésiennes.

Sur le parcours de Jacques, un atypique tueur à gages (Romain Duris, suave en innocent aux mains rouges), l’action se déroule sur fond de crise économique et de chômage ; ne justifiant pas toujours aisément le ton d’amoralité générale, alors que l’assassinat devient un moyen comme un autre de gagner sa vie.

Michel Blanc y incarne, avec une classe à la fois hautaine et écorchée, le dépressif Gardot, caïd local qui offre à un travailleur d’usine mis au chômage de tuer son épouse infidèle contre argent sonnant. Et devant son adresse au travail, les contrats s’enchaînent, même si le tueur improvisé a trouvé un petit emploi pépère auprès des copains.

Pascal Chaumeil était plus percutant dans L’arnacoeur, autre histoire de boulot sans bon sens. Ici, les répliques ciselées au poil par Michel Blanc s’émoussent quand une romance se met de la partie (Alice Belaïdi y joue une fifille sans consistance) et plusieurs revirements s’enchaînent alors maladroitement.

Le duo formé de ces deux antihéros aux antipodes constitue le meilleur ressort d’un film truffé d’humour noir, mais aussi de compassion pour ses petits exploités face au capitalisme sauvage (Alex Lutz est un modèle de salaud à col blanc), tous prolétaires combinards unis.

Cette farce un peu surannée, parfois échevelée, sans point de vue toujours clair, laisse flotter sa ligne, nous appâte et nous perd, sans qu’on saisisse vraiment au final vers quoi elle mène.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Un petit boulot

★★★

Comédie noire de Pascal Chaumeil. Scénario : Michel Blanc, d’après le roman de Iain Levison. Avec Romain Duris, Michel Blanc, Alice Belaïdi, Gustav Kervern. France, 2016, 97 minutes.