Le FFM au théâtre Outremont

Le théâtre Outremont
Photo: Jacques Grenier Archives Le Devoir Le théâtre Outremont

Au quatrième jour du Festival des films du monde (FFM), une nouvelle salle, le théâtre Outremont, est apparue dans son giron. Celle-ci permettra d’offrir un gîte à plusieurs oeuvres orphelines, éclipsées après que les sept salles du Forum eurent été retirées de la grille horaire. La Cinémathèque avait été abordée également. Cette fois, le public est invité à se déplacer en périphérie du centre-ville. Mais c’est un vrai miracle qu’un écran ait été débloqué.

Aux bureaux du FFM, on précise que la nouvelle grille devrait être prête ce lundi, plus tard dans la journée. Ça ne réglera pas tous les problèmes, le FFM demeurant en déficit de six salles, mais cela devrait faciliter les choses, à tout le moins pour les cinéastes arrivés à Montréal en plein chaos sans que leurs films soient projetés et sans qu’ils aient été avertis des problèmes de l’édition en cours.

« Je n’ai pas de lien économique avec Serge Losique, explique le directeur du théâtre Outremont, Raymond Cloutier. La semaine était libre. On n’est pas dans une logique commerciale. Nous le faisons par courtoisie. On laissera passer les festivaliers avec des passeports et on ouvrira la salle à 10 dollars l’entrée, tout inclus. Je trouve que ça n’a pas de bon sens de laisser des cinéastes, les films sous le bras à Montréal. Entre mardi 10 heures et dimanche matin, ça roulera aussi chez nous. J’ai une dette de jeunesse envers ce festival-là, à qui je dois de grandes amours cinéphiliques. »

 

Un Agatha Christie à la russe

Comme on l’avait écrit précédemment, si le 40e FFM jongle avec des problèmes de liquidité, sa programmation n’est pas mauvaise pour autant.

Ainsi, on a pu voir en compétition un polar russe, très «Agatha Christien» avec le classique whodunit et un détective qui séquestre les suspects, jusqu’à la restitution du précieux diamant volé. Sauf que Contribution, du Russe Sergey Snezhkin, se déroule en 1918, en Sibérie en pleine révolution bolchevique, alors que l’armée blanche combat les rouges. Le détective en question est un condamné à mort qui n’a que quelques heures pour résoudre l’énigme. Le film, porté par une esthétique aux teintes sépia, a une facture un peu téléfilm. Contribution se déroule beaucoup à l’intérieur et n’a manifestement pas bénéficié d’un gros budget, mais après un départ laborieux, il aligne une intrigue si captivante qu’on en sourit longtemps.


 
9 commentaires
  • Marc Leclair - Inscrit 29 août 2016 14 h 20

    Vraiment sympa le geste solidaire et reconnaissant de Raymond Cloutier! J'ai bien du mal à comprendre pas qu'il n'y ait pas plus de mécènes et de salles de cinéma pour offrir de prêter main forte à Serge Losique et au FFM.

    • Johanne Fontaine - Inscrite 30 août 2016 08 h 57

      Quoi de plus normal dans une ville réputée «intelligente»
      qu'un théâtre municipal tel l'Outremont,
      soit appelé en renfort pour soutenir le FFM

      Les infrastructures publiques
      doivent servir l'annonçait hier,
      la réquisition de lieux désaffectés
      comme des écoles, églises etc
      pour loger les cohortes migrantes de réfugiés
      qui affluent sur Paris à un rythme hallucinant.

    • Sylvain Auclair - Abonné 30 août 2016 10 h 29

      Pourquoi des mécènes? Les FFM est une entreprise à but lucratif, non? Dont le propriétaire refuse les conditions qui viendraient avec le financement gouvernemental.

    • Johanne Fontaine - Inscrite 30 août 2016 12 h 43

      Mon système s'est enrayé
      vers 8:30 h ce matin,
      au moment où je tapais ces mots:
      L'Etat français.

      En conséquence mon dernier alinéa
      aurait dû se lire comme suit:

      Les infrastructures publiques
      doivent servir l'intérêt public.

      Inspirons-nous de l'exemple français;
      incidemment, on apprenait hier
      que l'Etat français réquisitionne des lieux publics désaffectés
      tels qu'écoles, églises etc
      afin de loger les cohortes migrantes de réfugiés
      qui affluent sur Paris à un rythme hallucinant,
      sans compter ce qui se passe à Calais,
      aux abords de la Manche.

      Ici au Québec, cette approche nous est étrangère;
      la CSDM annonce devoir mettre fin au bail de l'école
      qui abrite la Médiathèque Gaetan Dostie,
      située rue de la Montagne, pour des travaux
      prétendument urgents.
      Il y a trop d'exemples de fermeture de lieux de culture
      pour ne pas y voir une action concertée
      des pouvoirs publics
      visant l'éradication pure et simple
      des témoins gênants d'une culture
      mettant à mal l'idéologie ultra-libérale dominante.

    • Hélène Paulette - Abonnée 30 août 2016 13 h 18

      On en a soupé de "l'Industrie Culturelle" où tout doit être "rentable"!

  • Hélène Paulette - Abonnée 29 août 2016 15 h 33

    Et l'Excentris???

    Un peu de solidarité que diable...

    • Marc Leclair - Inscrit 29 août 2016 18 h 56

      Croyez-moi que j'y ai songé! Trois salles de projections qui ne servent à rien. C'est a n'y rien comprende!

  • Robert Morin - Abonné 29 août 2016 17 h 41

    Bravo...

    ...après tout ce déferlement de jambettes et de coups de couteaux dans le dos du FFM , ce geste de solidarité est tout à l'honneur des responsables du Cinéma Outremont; c'est un baume sur une plaie vive!

    • Sylvain Auclair - Abonné 30 août 2016 10 h 30

      Les coups de couteaux viennent en fait du propriétaire du FFM, qui refuse toute ingérence, mais aimerait bien avoir l'argent...