Festival du film de Berlin - Un doublé pour le Québec

Ces prix ont été les seuls attribués au cinéma canadien cette année. Le cinéma québécois a été encore une fois remarqué sur la scène internationale samedi dernier, lors de la remise des prix de la Berlinale. Alors que la cinéaste Michèle Lemieux a reçu l'Ours de cristal, dans la catégorie court métrage pour enfant, pour Nuit d'orage, le prestigieux prix de la Fédération internationale de la presse cinématographique (FIPRESCI) dans la section panorama a été attribué à Robert Lepage pour La Face cachée de la Lune. La critique internationale a apprécié le côté novateur du film de Lepage et le raffinement de son propos, tandis que le jury composé d'enfants a craqué pour la petite fille insomniaque de Nuit d'orage. Ces prix ont été les seuls attribués au cinéma canadien cette année. Aucun des dix films présentés n'était en compétition officielle.

Forte compétition

Du côté de la compétition officielle, les paris étaient ouverts parmi les journalistes pour l'obtention de l'Ours d'or. Si Ae fond kiss, du Britannique Ken Loach, et Confidences trop intimes, de Patrice Leconte, avaient reçu d'excellentes critiques plus tôt dans la semaine, plusieurs présentaient Éléni, première partie de la trilogie du cinéaste grec Théo Angelopoulos sur l'histoire de son pays, comme un sérieux candidat. C'est cependant Gegen die Wand, du réalisateur allemand Faith Akin, qui a été recompensé pour son émouvant récit de deux jeunes Allemands d'origine turque qui cherchent à s'évader de la prison familliale par le mariage. Ce choix a été applaudi par les journalistes, qui ont apprécié la justesse du récit et l'interprétation poignante des acteurs Birol Ünel et surtout de Sibel Kekilli, dont c'était le tout premier travail d'actrice.

L'Ours d'argent du Grand Prix du jury est allé au très beau El abrazo partido, de l'Argentin Daniel Burman. Le jury, présidé par l'actrice américaine Frances McDormand (Fargo), a également tenu à récompenser le jeu de Daniel Hendler, qui a remporté le prix de la meilleure interprétation masculine pour son rôle complexe de jeune juif en quête d'identité au sein du milieu bigarré des petits commerçants d'un marché de Buenos Aires. L'américaine Charlize Théron, formidable en tueuse en série dans Monster, a dû partager l'Ours d'argent de la meilleure interprétation féminine avec l'inoubliable Catalina Sandino Moreno, du dur film colombien Maria, llena eres de gracia. Tout comme sa collègue Sibel Kelilli, la jeune actrice colombienne en était elle aussi à son premier travail de comédienne. Le réalisateur coréen Kim Ki-Duk a pour sa part reçu l'Ours d'argent de la meilleure réalisation pour Samaritan Girl, film touchant sur deux jeunes prostituées coréennes, encore une fois tourné avec des actrices dépourvues d'expérience. L'Ours d'argent récompensant la meilleure performance artistique a été remis à l'équipe de Om jag vänder mig om (Crépuscule), du réalisateur suédois Björn Runge, tandis que Matteo Garrone s'est vu récompensé pour la bande sonore du controversé Primo Amore (Premier Amour).

La Berlinale est traditionnellement un festival ouvert à l'expérimentation. La compétition de cette année a donné une large place à des débutants talentueux, tant du côté de l'interprétation que de la réalisation. Ainsi, tant Omar Naïm, scénariste et réalisateur de The Final Cut, interprété par l'inénarrable Robin Williams, que Stéphane Vuillet, qui a concocté un 25 degrés en hiver récipiendaire du prix (mérité) du public attribué par le journal Morgen Post, en étaient à leur tout premier film. À surveiller, tout ce monde...