La Face cachée de la Lune à la Berlinale - Une ovation pour Lepage

Berlin — C'est un Robert Lepage chaudement applaudi qui est venu saluer le public berlinois et la presse internationale hier soir lors de la première de son film La Face cachée de la Lune, présenté à l'occasion de la Berlinale.

L'immense salle du Zoo Palast et son gigantesque écran ont fait honneur à la fantaisie de Lepage sur la relation troublée d'un homme avec son frère, explorée à travers le filtre de la conquête de l'espace par les Soviétiques. «Je suis né en 1957, l'année où Spoutnik a été envoyé dans l'espace» avait expliqué le réalisateur québécois plus tôt en conférence de presse. «J'ai grandi avec le programme spatial, avec l'idée d'aller marcher sur la Lune. Cela a envahi mon enfance.»

Cette histoire d'un éternel raté fasciné par les héros de l'espace, qui vit une relation mêlée d'amertume à l'égard de son frère et une douloureuse histoire d'amour avec sa mère décédée, semble avoir charmé un public berlinois friand de nouveautés et d'explorations, qu'elles soient spatiales ou cinématographiques. Les membres de l'auditoire interrogés ont apprécié le jeu de Lepage, qui interprète les deux rôles principaux, ainsi que le traitement de l'image et la fantaisie rêveuse du film. Le programme spatial soviétique est de plus un thème particulièrement chargé dans cette ville de l'ex-Allemagne de l'Est, qui a connu de près l'exaltation liée aux Spoutniks, Laïka et autres Gagarine.

Le public s'est empressé d'entourer M. Lepage dès la fin du film pour quémander un autographe ou un petit entretien. Beaucoup plus connu en Allemagne pour son travail d'acteur et de metteur en scène (il est l'invité privilégié du Festival de Théâtre de Berlin depuis plusieurs années), son travail y est hautement considéré et tous ses films y ont été distribués, mais à petite échelle seulement. «Le Polygraphe et Le Confessionnal ont été distribués ici dans quelques salles à Berlin. On me dit même que Le Confessionnal passe régulièrement à la télévision.»

Le film de Lepage survient sur la lancée des Invasions barbares, qui a connu un beau succès d'estime en Allemagne en décembre dernier et a été distribué dans une centaine de salles. Le producteur Roger Frappier est lui aussi à Berlin pour négocier les droits de distribution de La Face cachée de la Lune en Allemagne et ailleurs en Europe. M. Frappier y négociera également la distribution de La Grande Séduction de Jean-François Pouliot, présenté lors des projections destinées aux marchés. Parions que la séduction québécoise aguichera aussi les Allemands!