Marie Saint-Pierre dévoilée

Ses parents étaient de très grands amis de Jean-Paul Riopelle. Et la fréquentation des artistes l’a aidée à traverser les difficultés du monde scolaire. Dans le film Marie Saint-Pierre se révèle, de Janice Zolf, Marie Saint-Pierre raconte la passion pour la mode qui l’a menée à créer l’une des plus importantes maisons de couture au Québec. Petite, elle se souvient d’avoir été inspirée par les vêtements que sa mère rapportait dans ses valises de ses voyages en Europe. Passionnée des structures et des étoffes, mais surtout du mouvement du corps humain qui les anime, Marie Saint-Pierre dit avoir choisi la mode parce que c’est un art qui est à la fois « créatif et fonctionnel ». « Les vêtements, c’est plus que ce que l’on croit », dit-elle. Son expérience des textures l’a ensuite menée à travailler avec d’autres matériaux pour créer des meubles et des décors.

La cinéaste Janice Zolf a interrogé de nombreux proches de Marie Saint-Pierre, des admirateurs ainsi que la designer elle-même. Celle-ci raconte comment, alors qu’elle était enfant, Jean-Paul Riopelle lui avait donné 100 dollars pour s’acheter des bonbons, pour lui apprendre à trouver ses limites. Riopelle lui avait également conseillé de quitter le Québec pour poursuivre sa carrière. Elle y est pourtant restée après être devenue mère, pour être proche de ses parents. Cette décision a été profitable sur le plan personnel, dit-elle. Mais Marie Saint-Pierre reconnaît que ce n’était pas une bonne décision sur le plan des affaires. Le Québec, constate-t-elle, a du mal à soutenir le talent à moins qu’il ne soit reconnu sur la scène internationale.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Marie Saint-Pierre se révèle

Janice Zolf, Canada, 2016, 30 minutes. Au MBAM le 12 mars à 19 h 30 et au CCA le 14 mars à 15 h.

Consultez la suite du dossier

Le monstre en soi

Le monstre en soi

Critique Portrait fascinant d’un maître de la science-fiction, Philip K. Dick.