Les salariés du FFM enfin payés

Serge Losique prévoit partir à la Berlinale pour des rendez-vous et des récoltes des films.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Serge Losique prévoit partir à la Berlinale pour des rendez-vous et des récoltes des films.

Après une saga mouvementée qui mettait aux prises les employés du Festival des films du monde et leur employeur, Serge Losique, depuis la 39e édition du FFM en août dernier, 83 salariés ont enfin obtenu salaire et crient : « ouf ! ». Une action collective engagée par les employés syndiqués en regroupement devant la Commission des normes du travail avait débouché sur la date butoir du 29 octobre dernier. L’entente n’ayant pas été respectée, une poursuite avait été engagée.

Chèques en main déposés par la Commission des normes du travail après versements sur un compte en fidéicommis, plusieurs employés promettaient mardi qu’on ne les y reprendrait plus et que si la 40e édition a lieu l’été prochain, elle se ferait sans eux. Yann Béliveau de No Limit Loans Inc., déjà impliqué, serait sans doute le prêteur, mais n’a pas rappelé Le Devoir.

Hélas ! Les travailleurs autonomes, non liés par l’action collective : rédacteurs, membres du service de presse, photographe, etc. n’ont rien reçu encore.

Rappelons que le Festival des films du monde ne reçoit plus de subventions publiques depuis deux éditions, situation qui ne semble pas devoir changer de sitôt. Des hypothèques ont été prises pour assurer jusqu’ici son financement, en particulier sur le cinéma Impérial, joyau patrimonial dont le Festival est propriétaire, via un organisme à but non lucratif.

À Berlin

Y aura-t-il une 40e édition ? Au FFM, nos demandes d’entretien demeurent sans réponse, mais des voix nous assurent que Serge Losique prévoit toujours d’aller de l’avant et qu’il partirait à la Berlinale pour des rendez-vous et des récoltes des films.

La SODEC le poursuit pour un prêt de 900 000 $, ses principaux collaborateurs l’ont quitté, les bureaux de la rue de Bleury sont quasi vidés. Par ailleurs, la Chine, grand partenaire du FFM depuis des lunes, se préparerait à orchestrer à Montréal son propre événement cinématographique en septembre, Le Canada China International Film Festival, en faisant visiblement cavalier seul.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.