Le Théâtre de la Petite-Italie ne verra pas le jour

Quelques semaines après la fermeture d’Excentris, une autre salle de cinéma est victime du contexte économique difficile. Le président du conseil d’administration du Théâtre de la Petite-Italie, Sylvain Raymond, a ainsi annoncé la fin du projet, faute de fonds suffisants.

« Plusieurs partenaires privés se sont montrés intéressés par la pertinence et la rentabilité du projet. Sur un montage complet de 4 millions (50 % acquisition du bâtiment, 50 % réaménagement du bâtiment), nous avons compté sur un appui qui oscille entre 2,6 millions et 3 millions. Malgré des appuis de la part du maire d’arrondissement, François William Croteau, ainsi que des députés Françoise David et Alexandre Boulerice NPD Rosemont–La Petite-Patrie, nous n’avons trouvé aucune source significative de financement public au sein des trois paliers de gouvernement : ni à la ville centre au bureau du maire Denis Coderre, ni à Québec (SODEC et ministère de la Culture et communication), ni à Ottawa », a-t-il expliqué sur la page Facebook du Théâtre de la Petite-Italie.

Cofondateur du Festival SPASM, Sylvain Raymond avait annoncé en février dernier ce projet de salle de cinéma multidisciplinaire d’une centaine de places annexée à un bistro, qu’il comptait inaugurer en 2016 à la Casa Napoli, sur le boulevard Saint-Laurent.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.