L’Excentris ferme

Le centre, comprenant à l’origine trois salles de projection et un restaurant, a été fondé par le mécène Daniel Langlois en 1999.
Photo: Jacques Grenier Archives Le Devoir Le centre, comprenant à l’origine trois salles de projection et un restaurant, a été fondé par le mécène Daniel Langlois en 1999.

Le complexe de cinéma Excentris cesse la diffusion de films dans ses salles montréalaises. La mesure est présentée comme « provisoire », le temps d’étudier « différents scénarios pour la suite des opérations ». La distribution de films en ligne est maintenue, comme les événements corporatifs prévus dans les prochaines semaines, jusqu’aux fêtes de fin d’année.

« La santé financière d’Excentris est donc directement proportionnelle à sa capacité à s’approvisionner auprès des distributeurs en films d’auteur à plus large portée, explique le communiqué émis par Excentris ce mardi matin. Et c’est là que le bât a blessé. Malgré ses efforts, c’est à armes inégales qu’Excentris a dû faire face à la forte concentration de la distribution et de la diffusion de films au pays. Les difficultés pour obtenir ces titres se sont manifestées dès la réouverture en 2011 et se sont amplifiées depuis cet été, avec des modifications rapides des stratégies commerciales de mise en marché des films. »

Le document officiel affirme que pour maintenir son activité, Excentris n’aurait eu besoin que de quatre films porteurs supplémentaires cette année, comme ce fut le cas en 2013 et 2014. « Or, ajoute le communiqué, plusieurs de ces titres nous ont été soit purement et simplement refusés, soit proposés plusieurs semaines après leur sortie sur les écrans du plus gros exploitant situé à proximité d’Excentris. »

La décision drastique a été prise lundi soir dans le cadre d’un conseil d’administration extraordinaire. L’annonce a pris tout le milieu par surprise, y compris les employés qui ont appris leur congédiement par les réseaux sociaux mardi matin.

Les distributeurs de films aussi sont pris par surprise. C’est le cas de K-Films. La compagnie venait de terminer le visionnement de presse du film croate Soleil de plomb dans une des salles du complexe quand elle a appris la fermeture forçant l’annulation de la sortie du long-métrage prévue le vendredi 27 novembre. L’événement est déplacé en 2016.

« Que font la SODEC [la Société de développement des entreprises culturelles] et le ministère de la Culture du Québec et la ville de Montréal pour laisser faire une telle chose, dit le communiqué de K-Films émis dans les minutes suivantes. Le Québec ne peut pas se payer la plus belle salle de cinéma qui programme du cinéma international et des documentaires ? Et les distributeurs indépendants qui lançaient d’abord leurs films à Excentris pour ensuite les programmer partout au Québec ? C’est toute la diversité de l’offre qui va disparaître des écrans de cinéma au Québec. »

L’Excentris est un lieu de diffusion du cinéma de répertoire situé à Montréal sur le boulevard St-Laurent. Le centre, comprenant à l’origine trois salles de projection et un restaurant, a été fondé par le mécène Daniel Langlois en 1999.

Le complexe spécialisé n’était pas rentable et Daniel Langlois a tenté de le transformer en centre multiculturel après une décennie d’opération. La réorientation a elle aussi échoué du point de vue de la fréquentation et de la rentabilité.

L’Ex-Centris a été relancé en 2011 sous la nouvelle bannière d’Excentris (sans trait d’union) avec de nouveaux propriétaires qui lui ont redonné sa vocation cinématographique. Le complexe a été payé 7,75 millions par un organisme sans but lucratif comprenant le Cinéma Parallèle, fondé en 1967. Quatre millions provenaient de la SODEC. Le plan d’affaire prévoyait la construction de deux nouvelles salles dans le jardin. Le chantier d’agrandissement n’a jamais ouvert.

Le plan de relance fixait le seuil de rentabilité à une fréquentation d’à peine 20 % des salles existantes. Là encore, visiblement, la deuxième relance a échoué.

4 commentaires
  • Raymond Labelle - Abonné 24 novembre 2015 13 h 46

    Location de films par Internet?

    Excentris va-t-il continuer à louer des films par Internet pendant le période temporaire (que l'on espère courte) de fermeture des salles?

    Si quelqu'un connaît la réponse... Appel à tous.

    • . Cabana, Séguin inc. - Abonné 24 novembre 2015 14 h 51

      La réponse est dans l'article et dans le prochain commentaire ;)

      Étienne Gour

  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 24 novembre 2015 13 h 47

    Le cinéma sur demande...

    Combien d'internautes visionnent désormais plus de films sur un écran petit ou grand branché sur Internet qu'en salle? C'est l'explication au fait que les salles de cinéma soient désormais désertées (pour à part les blockbusters). Pour ma part, ça me permet d'accéder à des films documentaires qui de toute manière n'étaient pratiquement pas accessibles dans les salles. Maintenant, je vais sur webtv.coop, tou.tv, ONF.ca, etc. pour les voir de chez moi. C'est donc tant mieux pour ces films plus nichés. Notons enfin qu'Excentris va poursuivre sa webdiffusion sur Internet.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 24 novembre 2015 15 h 40

    Manque de pot

    J'ai acheté une passe il n'y a pas longtemps.