«Un amour d’été» et «Homeland» couronnés

«Un amour d’été», de Jean-François Lesage, est une fascinante exploration du mont Royal.
Photo: Source RIDM «Un amour d’été», de Jean-François Lesage, est une fascinante exploration du mont Royal.

Clôturés samedi soir à l’auditorium Alumni de l’Université Concordia, les 18es Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) ont accordé par jury le grand prix de la compétition nationale longs métrages à Un amour d’été, de Jean-François Lesage, fascinante exploration des bosquets et de la faune du mont Royal aux soirs d’été. André-Line Beauparlant récoltait de son côté une mention spéciale pour Pinocchio, portrait du frère mythomane et aventurier de la cinéaste.

Le laurier du meilleur espoir Québec/Canada coiffait Bienvenue à F.L., chronique estudiantine de Geneviève Dulude-De Celles. Quant au prix Magnus-Isacsson décerné à un réalisateur canadien émergent, il est allé à Retour aux sources, de Jean-Sébastien Francoeur et Andrew Marchand-Boddy (également couronné du Prix des détenues), suivant les pas de l’artiste muraliste FONKi au Cambodge, pays de ses racines. Mention fut accordée à Manoir, de Martin Fournier et Pier-Luc Latulippe.

Compétition internationale

À la compétition internationale, Homeland (Iraq Year Zero), d’Abbas Fahdel, chronique familiale bagdadienne sur dix ans, a reçu le Grand Prix décerné par jury ainsi que le Prix du public. Dans cette section, The Other Side, de Roberto Minervini, sur la culture trash du sud des États-Unis, a remporté le prix de l’image. Le prix du montage allait à Je suis le peuple, d’Anna Roussillon, sur la vie de paysans du Louxor, durant le printemps égyptien.

Among Us, de Guido Hendrikx, sur le tabou suprême de la pédophilie, recevait la palme du meilleur court métrage. Celle du meilleur moyen-métrage couronnait Field Niggas, de Khalik Allah, donnant la parole aux Noirs les plus démunis de Harlem. Le prix des étudiants échut à P. S. Jerusalem, de Danae Elon.